Candidature de De Villepin: mille ripostes

457 0

L’ancien premier ministre de Chirac, Dominique de Villepin a annoncé hier soir sur de plateau du 20 heures de TFI qu’il sera candidat à l’élection présidentielle de 2012. Une annonce qui tombe comme un cheveu dans la soupe de l’UMP qui sort déjà ses “longs couteaux “.

Affaibli depuis l’accession au pouvoir de Nicolas Sarkozy, maltraité dans les affaires “Clearstream” et “Relais et Châteaux”,  abandonné par nombre de ses partisans (Marie-Anne Montchamp, secrétaire d’Etat de Nicolas Sarkozy, les députés Daniel Garrigue, Ja

Dominique De Villepin. Ph afriqueactu.net

cques Le Guen, Chantal Bockel,…), Dominique de Villepin a provoqué des bourdonnements et critiques vives de partisans de l’UMP et de la gauche, en annonçant hier qu’il sera candidat à la présidentielle française de 2012.

Il aura surpris tout le monde puisqu’il y a de cela quelques mois, il fréquentait régulièrement l’Elysée, faisant penser qu’il se rallierait à Sarkozy pour la course à la présidence. Aussi, il y a quelques jours, DDV déclarait qu’il avait laissé les rancunes contre Sarkozy de côté. L’homme, fondateur du parti “République Solidaire” pense qu’il y a pas la vérité à gauche, à droite, ou au centre. “Ce que je veux, c’est rassembler tous les Français, ceux de gauche, ceux de droite, ceux du centre et c’est l’idéal gaulliste qui est le mien” a-t-il notamment déclaré, annonçant du même coup qu’il ira chercher des électeurs dans les trois camps. Rejoignant la longue liste de candidats déclarés, De Villepin promet que « dans cette campagne de 2012, il y aura des surprises, beaucoup de surprises ».

Quelques vives critiques

Pour le président du Parti Radical, Jean Louis Borloo,  la candidature de DDV est une “grande mauvaise nouvelle” pour François Bayrou, candidat du MoDem mais “pas pour Nicolas Sarkozy”. Pour celui qui vient de renoncer à se présenter en 2012, cette candidature “redistribue les cartes, et Villepin casse l’ambiguïté de Bayrou, amène forcément Bayrou à n’être qu’un appendice de la candidature de gauche”. Pour Alain Minc, économiste proche de Nicolas Sarkozy, la candidature de DDV “se terminera de manière un peu pitoyable”.

Sur RTL, François Hollande, le candidat PS, s’est montré très sceptique. Il ne sait pas si cette candidature ira jusqu’au bout.

Marie-Anne Montchamp, ancienne porte-parole de Dominique de Villepin, devenue secrétaire d’Etat aux Solidarités de Sarkozy, a déclaré sur LCI qu’elle “regrette cette candidature” mais comprend “cette personnalité parfois à vif et très engagée, ce qui fait son panache et son talent”. Elle a aussi fait remarquer que “la France vit des heures difficiles” et que les français doivent “être dans une attitude de soutien derrière le président de la République qui a la tâche immense de tenir le pays hors de l’eau”.

Une chose est pourtant certaine, De Villepin inquiète l’UMP même si ses partisans tentent de dénigrer sa candidature. Actuellement au plancher des sondages (1% d’intention de vote), l’homme au cheveux grisonnant, à cause du discrédit insistant qui pèse sur son ancien ministre de l’intérieur, Sarkozy, pourrait reprendre du poil de la bête au fil du temps. Ce qui provoquerait un 21 Avril à l’envers (au meilleur des cas)  selon bon nombre d’observateurs.

 

 

 

 



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *