Un lot de pétards saisis. Photo: Burkina24

Police nationale: fêter sans pétards pour plus de tranquillité et de sécurité publique

572 0

La salle de conférence du commissariat central de police de ouagadougou a servi de cadre pour une présentation à la presse des résultats de la seconde opération de lutte contre les troubles à l’ordre public du fait de l’usage des pétards.

Les animateurs de la conférence de presse. Photo: Burkina24
Les animateurs de la conférence de presse. Photo: Burkina24

Cette conférence a été animée par le Directeur général de la police judiciaire, le commissaire Pascal Sindgo, assisté du commissaire stagiaire Minata Traoré de la direction de la communication de la DGPN ainsi que du permanent du BCN d’Interpol au Burkina, le commissaire Thierry D. Tuina.

L’objet de la conférence porte sur la saisine de 350kg de pétards, suite à une seconde opération de police menée dans les différents arrondissements de la ville de Ouagadougou. Cette opération a concerné 73 boutiques situées dans les quartiers périphériques. Pour mémoire, la première opération fut exécutée à l’approche de la fête de noël  (21 décembre) et, a permis aux populations de fêter dans une relative tranquillité selon les conférenciers.

Les succès engrangés lors de la première opération ont convaincu les responsables de la police de ne pas s’arrêter en si bon chemin, surtout que, dans certains faubourgs, des récalcitrants font la sourde oreille. Si l’opération menée dans la matinée de ce vendredi a donné des résultats tangibles, il convient de s’interroger tout de même sur l’efficacité de la méthode quand on sait que ces pétards rentrent frauduleusement dans le pays. Aussi, la synergie d’action entre les services de la police et de la douane mérite un renforcement afin d’attaquer le mal par la racine.

Les conséquences de l’usage des pétards

Un lot de pétards saisis. Photo: Burkina24
Un lot de pétards saisis. Photo: Burkina24

Entre autres conséquences possibles de l’usage incontrôlé des pétards, il y a les risques d’incendies. A cela, il faut ajouter les nuisances sonores et autres frayeurs provoquées par les déflagrations de ces engins; lesquelles déflagrations rappellent de douloureux souvenirs. Il n’est pas non plus rare de constater des cas de blessures suite à la manipulation de ces pétards par des enfants qui, parfois les utilisent pour simuler des scènes de batailles dans leurs jeux.

La sensibilisation d’abord!

Les conférenciers du jour n’ont pas manqué de remercier leurs “chers amis de la presse”, tout en sollicitant leur contribution afin de relayer l’information. En effet, la stratégie de lutte adoptée jusque là par les autorités de police, privilégie la prévention à travers une large sensibilisation des populations. Si la police et les médias sont aux avant postes de la lutte, il est indéniable que, chaque citoyen en ce qui le concerne est interpellé, et la collaboration des population dans cette lutte est plus que nécessaire. Il y va de la tranquillité et de la sécurité de tous.

Cette opération est d’envergure nationale, afin de permettre aux populations burkinabè d’atteindre le cap de 2012 sans trop de “pétards”.



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *