Ghana, le président Atta Mills convoqué devant la justice

178 0
John Atta Mills, président du Ghana. Ph: ghbase.com

Le président ghanéen, John Atta Mills, est convoqué devant la justice par le Mouvement de la Jeune Génération, un groupe de pression à Accra, dans une affaire de scandale financier qui défraie la chronique au Ghana depuis quelques temps. L’affaire aura pris une autre tournure en ce début janvier 2012.

Atta Mills devra répondre devant la Commission Administrative des Droits de l’Homme et de la Justice (CHRAJ) des faits ayant entrainé le remboursement d’une colossale somme de 58 millions de cedis à Alfred Agbessi Woyome, un richissime homme d’affaires du Congrès National Démocratique (NDC), parti au pouvoir.

Le Mouvement de la Jeune Génération reproche au président de n’avoir pas pris les garanties d’impartialité nécessaires dans les investigations sur le contrat de construction de deux stades pour la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2008 confiée à la société hollandaise Waterville. Atta Mills avait confié les investigations au Bureau des Crimes Economique et Organisé (EOCO), une structure étatique.

Dans cette affaire surnommée le «Woyomegate», plusieurs groupes de la société civile ghanéenne dont le Mouvement de la Jeune génération réclame la tête d’Agbessi Woyome. Le mouvement pense que la CHRAJ pourra en toute indépendance éclairer l’opinion publique sur l’issue de ce conflit juridico-financier.

Ce groupe porte sa pression un peu plus loin en déposant une pétition à la Cour internationale d’arbitrage pour mener une investigation sur la société hollandaise Waterville, au nom de laquelle Woyome a recouvert la créance.

Selon le ministre des Sports d’alors (gouvernement de l’ancien président Kufuor), le contrat Waterville étant abrogé pour dossier non conforme aux exigences financières, les frais engagés par celui-ci avaient été remboursés ; ce que rejettent les avocats Woyome, prétextant que le gouvernement d’alors a abrogé leur contrat obtenu en bonne et due forme par Waterville après avoir suivi toutes les étapes de la soumission du marché.

Woyome avait obtenu le remboursement en assignant l’Etat Ghanéen en justice pour dédommagement. Une trouble affaire dont l’issue demeure aussi incertaine que le commencement.

 

Source: koaci.com

 

Il y a 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre