2011 : année pleine de vie côté culture.

1210 0
2011 - Ph. Collimagination

L’année 2011 a été riche en remous dans tous les domaines, et celui de la culture n’a pas été en reste. Nous vous proposons un tour de l’année à travers onze des plus grands évènements qui l’ont marquée.

Ouistiti d'Or

Les Ouistiti d’or : le festival de l’humour et de la parodie, initié par Salif Sanfo et sa maison de production « Productions universelles ». L’évènement était seulement à sa première édition, le 22 janvier 2011, mais avait drainé un public tellement grand qu’il a fallu que les organisateurs reprogramment une autre soirée le lendemain pour satisfaire le public. > En images

 

RDV chez - Les grandes personnes de Boromo

RENDEZ-VOUS CHEZ NOUS : Ce festival annuel regroupe les arts de la rue tels que le théâtre, le conte, les marionnettes, la musique et la danse, le tout avec des parades et des animations époustouflantes. Il s’est installé depuis quelques années dans le quartier Gounghin (secteur 9) de Ouagadougou, en impliquant les ménages des rues qu’il occupe. En 2011, il s’est étalé du 10 au 17 février et a accueilli des milliers de visiteurs. Ceux-ci ont été émerveillés par les feux et les flammes qui illuminaient les ornements insolites des ruelles, et ont savouré des spectacles et des pièces d’ici et d’ailleurs, autant que les concerts musicaux.

FESPACO 2011

FESPACO 2011 : le festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou n’a pas manqué à son rendez-vous bisannuel. L’édition de 2011, qui s’est déroulée du 26 février au 7 mars, a rendu hommage au grand Sotigui Kouyaté. De son palmarès, nous retiendrons : le Prix du Jury remporté par « Notre étrangère » de la Burkinabè Sarah Bouyain ;  l’Etalon de bronze octroyé à la comédie sentimentale « Le mec idéal » de l’ivoirien Owell Brown ; l’Etalon d’argent décroché par « Un Homme qui crie » du tchadien Mahamat Saleh Haroun ; et le couronnement de « Pégase », premier long-métrage du marocain Mohamed Mouftakir, comme Etalon d’or de Yennega.

Arterial network - Bureau BF

Artérial Network, Chapitre Burkina : Artériel Network est un réseau culturel africain qui a pour vocation de mettre en relation les acteurs de la culture africaine et de leur permettre de partager les informations et les opportunités liées à la culture. Chaque pays d’Afrique a, ou est en passe d’avoir, une représentation locale du réseau, et celle du Burkina a été officiellement mise en place le 11 mars 2011 à Ouagadougou. Visitez le site : www.Arterialnetwork.org

Palais de la jeunesse et de la culture

Le Palais de la jeunesse et de la Culture Jean-Pierre Gingané : Pour accompagner les jeunes dans leurs diverses activités culturelles et sportives, la commune de Ouagadougou s’est dotée de ce complexe à 1 827 689 216 F CFA. Il est situé sur l’Avenue de la Dignité sise au secteur 17. Il a été baptisé en hommage au grand homme de culture Jean-Pierre Guingané, disparu plus tôt dans l’année, et a été officiellement inauguré le 16 juin 2011 par le premier ministre Luc Adolphe Tiao.


Etats généraux de la musique burkinabè

Les Etats généraux de la culture : Ce n’est un secret pour personne, et cela  va au-delà des années nouvelles : le monde de la musique burkinabè connait beaucoup de difficultés au-delà des réjouissances qu’il draine. Pour alors faire un point sur ces difficultés, les acteurs culturels se sont réunis trois (03) jours durant, les 22, 23 et 24 septembre 2011 au Centre  national Cardinal-Paul- Zoungrana.  L’initiateur de l’évènement, Ablassé Ouédraogo, a indiqué qu’il est nécessaire d’avoir un regard utile et analytique de ce sous-secteur de la culture pour ainsi permettre l’épanouissement des artistes-musiciens et de la culture burkinabè.

Faso Academy 2011

Faso Academy 2011 : L’émission de téléréalité de Maggy Leslie Oka a occupé toutes les vacances scolaires cette année, et sa phase finale a tenu toute la jeunesse burkinabè en haleine. Elle restera dans les mémoires avec son haut niveau de la compétition, qui avait manqué aux éditions précédentes. Les récompenses promises ont fait rêver aussi bien les spectateurs que les concurrents, avant d’être remportées par Hounou Alain Giresse à la finale le 5 octobre 2011. C’était à la maison du Peuple et à l’occasion de la rentrée RTB 2011-2012.

L'école au Village-Opéra de Laongo

Le Village-Opéra de Laongo : Après la pose de sa première pierre le 8 février 2010, ce gigantesque projet a connu des jours noirs comme ce 21 août 2010 où disparaissait son promoteur, le réalisateur allemand Christoph Schlingensief. Heureusement, le projet a survécu à son géniteur et sa réalisation va doucement mais surement. L’ouverture officielle de l’école primaire du “village opéra” de Laongo a été faite le 8 octobre 2011. Elle constitue le lancement de la première phase du projet.

 

kundé 2011 - Ph Ouaga-ça-bouge

Les trophées Kundé : D’abord prévu pour le dernier vendredi du mois d’avril, l’édition 2011 des Kundé été ramené au 28 octobre. Elle a subit les conséquences de la crise sociale qu’a vécu le Burkina dans le premier semestre de l’année, et le doute avait été émis sur sa tenue effective. C’était la première fois que les Kundé se produisaient au palais omnisport de Ouagadougou. A la fin de la soirée, ce fut presque sans surprise que le groupe de Hip Hop, Faso Kombat fut déclaré vainqueur devant Smockey et Sissao, remportant simultanément le prix du public et le prix du jury pour le Kundé d’or 2011.

 

Village atypique de Koudougou

Les Nuits atypiques de Koudougou : « Culture et développement durable ». C’est sous ce thème que se sont tenues du 30 novembre au 4 décembre 2011, les Nuits atypiques de Koudougou (NAK) dans le Chef-lieu de la région du Centre-Ouest. La seizième édition de ce festival très fréquenté n’a pas manqué de révéler des talents et d’offrir de beaux concerts entièrement en live. Une occasion a été donnée au vainqueur de Faso Academy de s’y produire. Ce fut aussi le lieu de rencontre de professionnels du domaine, qui ont discuté autour de nombreux sous-thèmes se rapportant au thème principal. > En images

 

2011.YELEEN Hommage à Than Ji

Le festival international Yeleen : Déjà à sa quinzième édition, ce festival n’a pas cessé de distiller la lumière, signification de son nom. Pendant douze jours, il a permis aux amateurs des arts du spectacle d’échanger et d’apprendre avec des professionnels. Les stagiaires, venus du Burkina, Mali, Brésil, France et Niger ont eu le plaisir de créer tout en rendant hommage à de grands acteurs du festival tels que THAN JI. > En images



Article similaire

Il y a 1 commentaire

  1. Hello I like your blog. Do you need to visitor publish on my very own at some point? If so please inform me by means of e-mail or perhaps reply to this kind of opinion since We enrolled in notifications and will understand should you choose.

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *