Le groupe ADJ jette un œil sur son rétroviseur

148 0
Hama Arba Diallo, Président du groupe ADJ. Ph. Burkina24

Les parlementaires du Groupe ADJ ont organisé une conférence de presse le mardi dernier au siège du Chef de file de l’opposition politique (CFOP). Au centre du présidium, l’honorable Hama Arba Diallo, président du groupe. Au centre des échanges, l’affaire Guiro, trouble-fête.

La première conférence du groupe parlementaire ADJ a donné l’occasion de connaitre le bilan de la session budgétaire écoulée et les positions dudit groupe à l’Assemblée nationale durant toute l’année écoulée. Il a été rappelé que 22 projets de loi dont deux propositions de résolution, 11 questions orales dont 10 avec débats et 4 questions d’actualité étaient inscrits à l’ordre du jour. Aussi, au cours de la session ordinaire de l’année, le Premier ministre, Luc Adolphe Tiao, a présenté devant le parlement, le13 octobre, son Discours sur la situation de la Nation (DSN), suivi de la Déclaration de politique générale (DPG) le 20 octobre. Par ailleurs, 02 exposés ont été faits par le ministre de l’Economie et des Finances sur la Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD) et sur le cadrage budgétaire.

Le groupe ADJ a voté contre : la loi de finances rectificative de loi de finances pour l’exécution du budget de l’Etat, gestion 2011; la loi de finances pour l’exécution du budget de l’Etat, gestion 2012 et la loi de règlement au titre du budget de l’Etat, gestion 2010. ADJ  s’est abstenue par rapport au projet de loi portant habilitation du gouvernement à autoriser par voie d’ordonnance la ratification des accords de financement des appuis budgétaires conclus entre le Burkina Faso et les partenaires techniques et financiers. Par ailleurs, ADJ a interpellé l’Exécutif à travers 4 questions d’actualité et 2 questions orales avec débats. Ces questions ont touché : le scandale des djembés révélés par Robert Bourgi, les parcelles illégalement acquises à Koudougou par de hautes personnalités de l’Etat, les écarts de responsables miniers dans la province du Passoré. D’autre part, les 23 et 24 septembre, le groupe a tenu ses deuxièmes journées parlementaires de l’année 2011.

Le présidium au cours de la conférence. ph. BUrkina24

Lors des échanges avec les journalistes, l’on a pu avoir la position du grouper ADJ sur l’affaire Guiro. Une affaire qui défraie la chronique et qui inspire de l’ « indignation » selon les membres du groupe. Pour le député Hama Arba Diallo, le Pouvoir « connait ses voleurs et quand il a envie d’en débusquer un, il sait où aller le trouver ».  Pour le groupe, il est inadmissible qu’un DG de la douane ait par devers lui près de 2 milliards de francs. L’honorable Diallo s’offusque du fait que Guiro puisse être scandaleusement riche pendant que lui a connu « trois DG de la Douane qui sont morts pauvres ». Il avoue qu’il est gêné parce que l’année dernière, le groupe avait félicité le DG de la Douane, ceux des Impôts et du Trésor public pour avoir réussi la prouesse de réaliser un taux de recouvrement de 110% en faveur des caisses de l’Etat. « Mais on ne pouvait pas imaginer qu’ils ont fait 150% pour ne nous remettre que 110%» a-t-il ironisé.

Il y a 1 commentaire

  1. ?Nous aollns te punir, peuple ! Nous aollns te ch?tier, suffrage universel ! ?. Jolie interpellation qui me fait penser que sous d’autres cieux, il fallait dissoudre le peuple pour en ?lire un autre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre