Mali, les Touaregs attaquent l’armée régulière

178 0
Carte du Mali. Image : www.visoterra.com

Hier mardi 17 janvier 2012, un groupe d’hommes de la rébellion touarègue du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) a lancé une attaque contre des positions de l’armée malienne dans la ville de Ménaka au nord du Mali.

 

La riposte de l’armée n’a pas tardé. Plusieurs assaillants et un soldat malien auraient été tués et des rebelles arrêtés, leurs véhicules calcinés, d’autres ont pris la fuite, selon les autorités. Parmi ces rebelles figurent les combattants venus ou revenus de la Libye.

Les attaques de ce genre sont fréquents, menées par les nomades touaregs qui ont engagé ces dernières années plusieurs luttes de guérilla en vue d’obtenir la création d’un Etat souverain à eux dans le Sahara. Leurs actions auraient été facilitées par un afflux d’hommes et d’armes issus du conflit libyen.

La région de Gao où se trouve Ménaka est un bastion de MNLA. L’attaque de ce mardi vise selon certains analystes à amener les autorités maliennes à engager à nouveau le dialogue au lieu de renforcer les positions de son armée dans la région.

La dégradation de la sécurité au nord du Mali soutenue par l’enlèvement des occidentaux s’inscrit dans la même perspective séparatiste des Touaregs repartis entre le Mali, le Burkina Faso, le Niger, la Mauritanie, l’Algérie qui ont des chances d’obtenir le soutien d’AQMI.

La question des mouvements séparatistes en prolifération et quelque fois très redoutables sur le continent devient de plus en plus inquiétante. Elle relance en même temps le problème de gouvernance en Afrique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre