Elections couplées de 2012 : l’ARDI arrive avec « le consensus utile »

449 0

L’Alliance pour la renaissance, la démocratie et l’intégration (ARDI), parti de l’Alliance pour la mouvance présidentielle (AMP), entend « s’imposer » aux élections couplées de 2012. Son « canon de guerre », « le consensus utile ». Cette ambition du parti de l’Or bleu a été dévoilée lors d’un congrès tenu ce samedi 28 janvier 2012 à Ouagadougou.

ARDI, le parti de l'or bleu Ph : B24

Un congrès qui se tient dans la douleur. « Chers militantes et militants, (…) vous vous êtes saignés en prélevant dans vos modestes ressources afin de permettre la tenue de ce congrès », a expliqué le président de l’ARDI, Ousmane Diallo. Mais un congrès qui doit se tenir néanmoins, exigences du Ministère de l’Administration territoriale obligent. Et élections couplées aussi, lors desquelles le parti de l’or bleu entend « s’imposer » et rafler de « nombreux conseillers municipaux » comme en 2006 et contribuer au renouvellement de la classe politique, car pour Ousmane Diallo,  « l’alternance est une exigence de la politique internationale ».

Qu’est-ce que « le consensus utile » ?

L’arme qui va servir à cette conquête se nomme « le consensus utile », qui a donné son nom au thème du congrès et à la prochaine campagne électorale : « le consensus utile face aux crises internes et externes ». Mais qu’est-ce que ce « consensus utile » ? Selon Ousmane Diallo, en termes dits clairs, c’est « l’aliénation d’une partie des intérêts privés au profit de l’intérêt général ». Mais en termes plus pratiques, la mise en œuvre de ce projet de société implique que « chaque militante et militant doit traiter tout Burkinabè comme il aimerait être traité ». De l’avis de Ousmane Diallo, si chaque Burkinabè faisait de ce « consensus utile » son cheval de bataille,  le Burkina sortirait de toutes ses crises. 

Trésorerie « déséquilibrée »

C’est donc ce projet qui devra permettre à l’ARDI de rafler des voix aux prochaines élections. Mais le combat, de l’avis de son premier responsable, sera ardu car « la trésorerie du parti est déséquilibrée ». Il en appelle donc à l’intégrité et au courage de ses militant(e)s et de ne pas céder à la résignation, aux démobilisateurs, à la courte échelle et à la facilité.

En attendant que les Burkinabè donnent leur appréciation sur tout cela dans les urnes, l’ARDI,  à travers la voix de son président, a fait un clin d’œil à l’affaire Guiro et décidé qu’on combatte « ces fonctionnaires véreux qui donnent du fil à retordre à notre réputation d’homme intègre ». Et contre la crise céréalière, le parti a proposé au gouvernement de promouvoir l’agriculture de contre saison à faible coût, c’est-à-dire par la réhabilitation et la réalisation des puits et des forages. Chose qui, de son avis, permettra aux éleveurs transhumants de se sédentariser.

Pour rappel, l’ARDI a été créée en 2004.

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre