SCADD, une conférence à la recherche du financement

120 0

Dans l’optique de mobiliser les ressources extérieures nécessaires  au financement de cette stratégie, le Burkina Faso organise une conférence internationale du 1er au 3 février 2012 à Paris, en France.

La Stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD), c’est ce nouveau référentiel dont s’est doté le Burkina Faso dans la perspective de lutter efficacement contre la pauvreté mais surtout de contribuer à accélérer le développement du pays par l’aboutissement au bien-être des populations et le soutien de la croissance.

La conférence internationale pour le financement de la SCADD a pour objectifs d’offrir au gouvernement une plateforme internationale pour présenter sa vision et sa stratégie en vue d’atteindre les objectifs de croissance et de développement.

Il s’agit aussi de mobiliser les partenaires tous azimuts afin de sécuriser les financements nécessaires au bouclage du financement global de la stratégie. C’est également l’occasion de mettre en place un système de suivi des engagements pour la SCADD, intégré avec le mécanisme de suivi déjà prévu par la stratégie de développement.

Les acteurs attendus à cette rencontre sont les partenaires multilatéraux, bilatéraux, les investisseurs privés, les Fonds souverains et les autres sources innovantes de financement.

Ces acteurs du financement dont certains sont déjà aux côtés du Burkina, vont échanger autour des opportunités qu’offre notre pays à travers les pôles de croissance et le développement du secteur agricole, les infrastructures, les mines et l’énergie, le tourisme et l’artisanat, l’industrie et les PMI/PME.

La SCADD a été élaborée en 2010 en remplacement du Cadre stratégique de lutte contre la pauvreté (CSLP) pour la période 2011-2015. Quatre axes principaux soutiennent cette nouvelle stratégie : le développement de piliers de croissance accélérée, la consolidation du capital humain et la promotion de la protection sociale, le renforcement de la bonne gouvernance, et la prise en compte des priorités transversales dans les politiques et programmes de développement.

La délégation burkinabè à cette conférence, dont une dizaine de ministres est conduite le Premier ministre Chef du gouvernement, et  a bon espoir de trouver l’accompagnement nécessaire auprès des partenaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre