Sénégal: y a-t-il un autre combat après la décision du conseil constitutionnel?

166 0

La décision était attendue. Ce vendredi 27 janvier, le conseil constitutionnel sénégalais a déclaré recevable la candidature controversée de Me Abdoulaye Wade. Une décision, somme toute moins étonnante, qui sonne comme une première victoire pour Wade sur ses opposants.

Manifestation anti-Wade au Sénégal. Ph.TV5Monde

Depuis maintenant plus de six mois, la classe politique sénégalaise est divisée avec pour principale pomme de cette discorde la candidature de Me Abdoulaye Wade à l’élection présidentielle de février 2012. Le mouvement du 23 juin qui porte cette lutte depuis cette date, regroupement de leaders d’opposition et d’OSC, n’a ménagé aucun effort dans sa mobilisation. En attendant les recours contre la décision des cinq sages du conseil constitutionnel, et qui risquent fort de ne pas prospérer, la bataille juridique semble avoir pris fin.

Trop de temps passé à contester une candidature

La bataille juridique aura duré longtemps et mobilisé une armée de juristes de part et d’autres des protagonistes. Les opposants au président ont passé plus de temps à dénoncer la candidature du président que pour affiner leur stratégie et accorder leurs violons pour le contrer dans les urnes. Aussi bien pour le M23 que pour les candidats de l’opposition, la pression dans la rue pour empêcher la candidature de Wade n’est pas la seule arme. Mais ils la voulaient si déterminante, plus que d’autres batailles, notamment auprès des électeurs et dans les urnes. Sur les antennes de RFI en début janvier, Abdoulaye Wade voyait dans ces tirs croisés contre sa candidature, la peur d’un affrontement dans les urnes. A présent, ses détracteurs semblent avoir brulé la chandelle par les deux bouts dans cette bataille vaine.

L’union, le cadet des soucis de l’opposition

S’ils sont unanimes pour contester à Wade un autre mandat qu’ils jugent inconstitutionnel, les opposants au Président Wade ont aussi en commun pour beaucoup d’entre eux, d’avoir composé avec lui.

Malgré unanimité des opposants les plus en vue de la classe politique sénégalaise contre la candidature de Wade, l’union semble le cadet des soucis de cette opposition qui pourtant bénéficie de la présence de la société civile a ses coté. En effet, après la publication de la liste des candidats, ce n’est pas seulement celle de Wade qui dérange. Au sein même des ténors de l’opposition, comme dans un panier de crabes, il y a celles de  Macky Sall, d’Idrissa Seck et de Cheikh Tidiane Gadio, que le PDS veut voir invalidées sur la base des conditions relatives au fisc.

Dans de telles conditions la voie semble toute tracée pour Wade après cette décision favorable du conseil constitutionnel si ses détracteurs ne tournent pas la page pour envisager la bataille des urnes. Ils devront s’unir ou voir Wade passer les autres tours haut les mains.

Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre