20ème anniversaire de la renaissance du parlementarisme : le ton est donné à Ziniaré!

233 0
Une vue des officiels à la cérémonie de lancement des commémorations à Ziniaré 01-02-2012. Photo: Burkina24

En cette année 2012, le Parlement burkinabé célèbre les 20 ans de son fonctionnement sans interruption, une sorte de renaissance du parlementarisme dans notre pays. La Région du Plateau central et son Chef-lieu ont accueilli, ce mercredi 1er février, la cérémonie de lancement de ces commémorations qui se déclinent en diverses activités et dans les 13 régions du pays.

Dans la ville de Ziniaré, l’institution parlementaire a ouvert ce matin le bal des commémorations qui durera jusqu’en juin. Heureux d’accueillir ce lancement, le Gouverneur de la Région du Plateau Central, Monsieur Blaise Corneille Ouédraogo a rappelé l’importance de cette célébration. « Deux décennies dans la vie d’une Institution comme l’Assemblée Nationale constituent une somme d’expériences à capitaliser pour le futur », a-t-il déclaré.

En effet, l’histoire de l’institution a été marquées, comme l’ont rappelé les différents intervenants, par des vicissitudes se traduisant par des expériences interrompues, avant de voir l’institution, sous la IVe république et depuis maintenant deux décennies, jouer son rôle dans l’ancrage de la démocratie. Pour le président actuel du parlement, Roch Marc Christian Kaboré, les 20 ans de renaissance du parlementarisme au Burkina Faso donne un bilan satisfaisant. Il s’est réjoui notamment de ce que, « d’une législature à l’autre, les pratiques, les règles et le travail parlementaire […] gagnent en qualité et en efficacité ».

La visibilité de l’action parlementaire reste un défi

le président de l'Assemblée nationale, déclarant lancées les commémorations. Photo: Burkina24

Ces acquis et ce progrès, Roch Marc Christian kaboré a reconnu que l’institution les doit en bonne partie à la continuité dans l’action des hommes qui l’ont dirigée. D’ailleurs, à cette cérémonie, il avait à ses côtés ses deux prédécesseurs, Mélégué Maurice Traoré et Arsène Bongnessan Yé, dont il a salué l’œuvre fondatrice. Mais en face de ce bilan satisfaisant, le président du parlement a laissé entendre que la nécessité de mettre l’institution en phase avec les populations à la base s’impose comme un défi. Il s’agit surtout du renforcement du « tandem élu-population », et ce, « pour une gouvernance participative plus efficiente ».

C’est pourquoi les commémorations poursuivent des objectifs spécifiques qui concourent tous a donner plus de visibilité à l’action parlementaire auprès des citoyens : “développer une image institutionnelle  positive de l’Assemblée nationale, expliquer au public ses fonctions essentielles pour la vie démocratique au Burkina Faso, aller à la rencontre des électeurs dans toutes les régions du pays”.

En attendant le tour des autres régions, le plateau central s’est revêtu, pour une semaine, des couleurs de cette commémoration à travers une exposition thématique retraçant en images les 20 ans, et une conférence publique que les élus de la région animeront.

Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre