SCADD: la conférence de Paris réaffirme la confiance des partenaires

204 2

Du 1 au 3 février dernier s’est tenu au siège de la Banque Mondial à Paris, une conférence internationale sur le financement de la SCADD. A travers cette conférence, la délégation burkinabé conduite par le chef du gouvernement, SEM Beyon Luc Adolphe TIAO, voudrait collecter des fonds pour la réalisation des objectifs du millénaire et propulser le Burkina Faso au rang des pays émergeants.

Au cours de cette conférence, les experts burkinabés (constitués de membres du gouvernement et d’acteurs du secteur privé burkinabés) ont effectuée une série de présentations à leurs interlocuteurs constitués de partenaires techniques et financiers.

La présence d’un panel de haut rang au niveau des partenaires techniques et financiers confirme la confiance intacte et renouvelée et marque l’estime et la considération dont bénéficie le Burkina Faso de la part de cette communauté financière internationale, composée de partenaires bilatéraux et multilatéraux tels que les institutions financières comme la Banque Mondiale.

Tour à tour les partenaires qui se sont succédés on félicité le Burkina pour l’ensemble des réformes entreprises et la diversification de l’économie. La stabilité politique et social combinée à une position géographique et l’arrimage du CFA à l’EURO constituent autant d’atouts qui permettront au Burkina d’atteindre  les objectifs du millénaires d’ici 2015. Néanmoins pour un Burkina émergeant, Mme Mette Knudsen (représentant les partenaires techniques et financiers bilatéraux résidants au Burkina) et M. Madani Tall (représentant les partenaires multilatéraux) ont exhorté le gouvernement burkinabé à relever le défi de la croissance démographique combinée avec l’employabilité des jeunes qui représentent 57% de la population. Dans un deuxième temps le gouvernement devra diversifier les sources de croissance et l’augmentation des cultures vivrières ainsi que les infrastructures et le coût élevé de l’énergie. Enfin, troisième lieu, le gouvernement devra consolider la gestion du secteur public en mettant un accent particulier sur la lutte contre la pauvreté.

Le premier ministre TIAO a réaffirmé aux partenaires techniques et financiers l’ambition du Burkina Faso de se servir de la SCADD pour parvenir à l’émergence. Les experts burkinabés ont par la suite présenté les secteurs porteurs pour un Burkina émergent :

–       le secteur agricole : Le ministre Laurent Sedego a indiqué à l’assistance l’importance de l’agriculture en accordant une place de choix aux investissements privés. Il a également indiqué la préparation d’une loi qui permettrait d’arrimer l’agriculture et le marché. Des pôles de développement tels que Bagré, Samandéni, Vallée du Sourou… ont fait l ‘objet de présentations

–       le secteur minier : estimé à 12% du PIB, le ministre Salif Kaboré prévoit l’exploitation des réserves d’or prouvée à 500 tonnes. D’autres ressources comme le cuivre, le manganèse, le calcaire sont présentes au Burkina.

–       le domaine de l’industrie : concernant principalement la transformation des produits de l’élevage et de l’agriculture

–       le secteur touristique : les experts ont vendu l’attractivités des sites touristiques qui foisonnent au Burkina et des possibilités d’hébergement.

–       le secteur de service d’accompagnement : la nécessité de l’accroissement de l’offre en matière de transport et des TIC, de même que les investissements pour la baisse du coût de l’énergie sont autant de facteurs au développement qui ont été abordés.

La SCADD a donc permis au Burkina d’exposer ses stratégies de développement pour l’atteinte des Objectifs du Millénaire. Les partenaires techniques et financiers ont été convaincus et ont annoncé leur participation à hauteur de 2 650 milliards de FCFA soit une couverture de plus de 96% du financement global. Ce qui a fait dire au premier ministre TIAO que les objectifs de la conférence ont été atteints. Il a en outre affirmé au partenaires techniques et financiers que le Burkina s’engage à mériter cette confiance dont il lui font l’honneur.

 

CHDL

Hubert DeLorenzo COMPAORE

Correspondant de Burkina 24 en France

Il y a 2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre