Situation au Nord Mali: plus de 22 000 déplacés dans des pays voisins.

142 2

Le conflit au Nord Mali préoccupe pour plus d’une raison. Les effets immédiats des combats entre les rebelles touaregs et les forces gouvernementales, ce sont les déplacements de populations dans les pays voisins, faisant redouter une crise humanitaire.

Rien que ceux qui se sont réfugiés au Burkina Faso, au Niger et en Mauritanie, depuis le début des combats en mi-janvier, se chiffrent à plus de 22 000 personnes, selon le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR). Des chiffres qui ne tiennent pas compte de ceux qui se sont réfugiés en Algérie, et qui pourraient croitre du fait qu’il reste probable que les mouvements de personnes se poursuivent. Selon la porte-parole du HCR, Fatoumata Lejeune-Kaba, interviewée sur la radio des Nations Unies, « toutes les personnes qui ont fuient ne sont pas Touareg et ne sont pas maliennes non plus. Il y a des Maliens, des Nigériens. Mais ce qu’ils ont en commun c’est qu’ils résidaient dans le Nord du Mali et que les affrontements leur ont fait peur ».

Les déplacements de personnes font craindre une crise humanitaire dans une zone sahélienne déjà marquée par une insuffisance alimentaire. Le HCR mobilise déjà ses équipes pour prendre en charge ceux de ces déplacés qui seraient des réfugiés maliens.

L’Agence des Nations Unies pour les réfugiés estime que le Burkina Faso abriterait environs 3000 Touaregs maliens, accueillis dans des  familles, notamment dans la capitale, à Bobo Dioulasso et à Djibo.

Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Il y a 2 commentaires

  1. Dommage pour ce qui arrive ? nos fr?res maliens avec une guerre inutile qui intervient au moment o? tous les pays sah?liens crient famine. L’hospitalit? l?gendaire du Burkina doit fonctionner ? fond en ces moments critiques mais avec discernement tout de m?me en rapport avec le HCR et l’implication des autorit?s maliennes dans une certaine mesure.
    Cela nous ?vitera d?accueillir des guerriers qui ?pargnent leur famille de la mort en les envoyant au Burkina ou dans d’autres pays voisins afin de mieux se consacrer au massacre des pauvres habitants qui n’ont pas les moyens pour quitter les zones de guerre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre