Présidentielle sénégalaise: Moustapha Niasse, un candidat sérieux

113 0


S’il y a un homme qui peut se prévaloir du statut de figure principale de l’opposition, ce serait sans doute lui.
Né le 4 novembre 1939, Moustapha Niasse est l’un des hommes politiques sénégalais au CV bien rempli.
Il es titulaire d’une licence en droit de l’université de Paris, d’un diplôme de l’IEDES (Paris) en expertise en gestion du développement dans les pays du sud, du diplôme de l’école nationale d’administration du Sénégal (Expertise en administration du développement) d’où il sort en 1967 Major de sa promotion.
Il a occupé des postes et emploi prestigieux dont ceux de président de la session spéciale de l’assemblée générale des nations unies en 1979 sur la lutte contre l’apartheid en Afrique du sud ; président de la session de l’assemblée générale de l’ONU en 1980 sur le règlement de la question de la Palestine et du moyen orient.
Au plan national, de 1967 à 1978 il a été directeur des services de l’information et de la presse du sénégal, de 1978 à 1979 directeur de cabinet du président Senghor et coordonnateur du service national de sécurité au cabinet du président. Pendant la même année il occupera pendant six mois la fonction de ministre de l’urbanisme, l’habitat et de l’environnement. En avril 1983 il est nommé ministre des affaires étrangères ; puis il sera nommé premier ministre jusqu’au courant 1984 avec pour mission de conduire la réforme constitutionnel. Il occupera ce poste cumulativement avec celui de ministre d’Etat chargé des affaires étrangères. En 1998 il réintègre le gouvernement au poste de ministre en charge des affaires étrangères et des sénégalais de l’extérieur pour une durée de cinq ans et à titre bénévole.
En 1999 il créé son parti politique l’Alliance des Forces de Progrès qui l’investira comme candidat aux élections présidentielles de 2000. Arrivé troisième sur huit candidats, il opte pour la coalition avec Abdoulaye Wade permettant à ce dernier d’accéder à la présidence de la République.
Il est alors nommé premier ministre la même année, poste qu’il occupera pendant 11 mois. Il est depuis les élections législatives anticipées du 29 Avril 2001 député à l’assemblée nationale. L’homme se présente à la tête de la plus importante coalition « Benno Siggil Sénégal » et apparaît comme l’homme probable du changement.

 Youssouf Bâ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre