RECREATRALES 2012: la quarantaine pour des spectacles au point

168 0

La 7e édition des Résidences panafricaines d’écriture, de création et de formation théâtrales (RECREATRALES) a lancé le second volet de ses activités qui est dénommé « La quarantaine ». Cette étape qui constitue un moment essentiel de ces Rencontres Africaines d’Ecriture et de Création Théâtrale verra plusieurs projets de création se confronter.

Une quarantaine est par définition un espace temporel qui dure quarante jours.  Mais aux RECREATRALES, ce deuxième volet du travail de création pour l’année 2012 durera 30 jours.

La spécificité de cette étape de travail est que, cette année, les metteurs en scène, les scénographes et les auteurs n’auront pas avec eux, les comédiens pour expérimenter leurs recherches artistiques. Les comédiens n’interviendront que lorsque les projets seront retenus. Parmi les projets présélectionnés, il y a :

-pour le Burkina Faso

Et si je les tuais tous de la Compagnie Théâtre Acclamations de Aristide TARNAGDA,

Une si longue lettre de la Compagnie Marbayassa de Issa SINARE et de feu Hubert KAGAMBEGA,

Jasmin en flamme du Théâtre de la Fraternité de feu Jean-Pierre GUINGANE.

Cette pièce est née sous la plume de Ildevert MEDA.

-pour la Guinée la Compagnie Laborato’Art

 Sur la pelouse de Hakim BÂ, avec pour scénographe Ibrahima Souley TOUNKARA,

-pour le Niger des   Compagnies théâtrales Zindirma de Zinder et Ensemble Kassaï de Niamey

    Ring verbal de Moustapha Bello MAÎGA avec une mise en scène de Amadou LOMPO,

-pour Le Tarmac des auteurs qui regroupe plusieurs nationalités (béninoise, martiniquaise, burkinabè)

  La Noyée écrite par Laëticia ADJANOHOUN,

-pour le Tchad

Sarzan sou IV de Koulsy LAMKO et qui sera interprété par les comédiens de la Compagnie Djamah Afrik.

De ces pièces, cinq seront retenues pour la phase de création proprement dite qui aura lieu du 01 au 30 juin 2012, et les Résidences de créations qui dureront du 15 septembre au 02 novembre 2012 à Ouagadougou, suivie d’une Plateforme Festival.

Outre ces différentes créations, des cadres dénommés « Cartes blanches » verront la participation de Irène TASSEMBEDO, grande chorégraphe burkinabè qui proposera sa mise en scène de Les Bacchantes de Euripide où danse et théâtre se mêleront. La deuxième carte blanche est celle donnée à Martin AMBARA du Cameroun qui mettra en scène Le Prophète de Khalil GIBRAN (1883-1931), poète et peintre libanais d’expression arabe et anglaise.

A côté de ces « Cartes blanches », d’autres créations qui pourraient être dénommées « Petites cartes blanches » donneront lieu à des créations en théâtre de Sidiki YOUGBARE et Eudoxie GNOULA, d’une part, et de Tim WINSEY, en musique, d’autre part. Une troisième création de ce genre portera sur le Discours de Thomas SANKARA sur la femme.

Une équipe scénographique dirigée par Patrick JANVIER est aussi à l’œuvre pour donner à l’ensemble des créations des espaces d’expression au sein des cours du quartier Gounghin Nord, quartier général de ces différentes rencontres.

Pour avoir une vision plus nette de ce projet qui en est à sa 7e édition, placée sous le thème de Insoumission,  les organisateurs ont mis en place une équipe sociologique composée d’un professeur d’université de Ouagadougou et de deux de ses étudiants.

Le 10 anniversaire de cette manifestation qui se veut fédératrice des différentes  sensibilités artistiques africaines en matière de théâtre est consacrée à Jean-Pierre GUINGANE, illustre monument du théâtre burkinabé, décédé le 23 janvier 2011.

 

                                                                                                          Rialé

bktso1

Rialé est artiste-comédien et résidant a Ouagadougou.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre