Refonte des listes électorales au Cameroun : Biya a cédé et après ?

136 0

Sous la pression de l’opposition et le regard en coin de la France, Paul Biya, le vieux président camerounais, a cédé : il y aura une refonte des listes électorales au lieu de la révision initialement prévue. Cette refonte a été longtemps chantée par l’opposition, même avant la présidentielle calamiteuse d’octobre 2011. Maintenant, c’est fait. Mais est-ce pour autant que les Camerounais sont sortis de l’auberge du diktat électoral du parti au pouvoir ?

L'Elecam a décidé de procéder à une refonte des listes électorales Ph: 20mai.net

L’Elecam (Cameroon Election), l’organe électoral au Cameroun, a décidé le 8 février dernier d’organiser une refonte des listes électorales. Ce qui veut dire que le fichier électoral sera refait et que tous les Camerounais en âge de voter (environ 9 millions sur 19 millions d’habitants) sont appelés à venir s’inscrire.

Mince victoire, mais victoire quand même !

On peut dire que l’opposition, avec à sa tête le Social Democratic Front (SDF), vient de remporter une bataille sur le chemin de son long et harassant combat contre Goliath… pardon,  Paul Biya ! Ce dernier n’avait pas daigné leur prêter son oreille de 79 ans à leurs revendications.

Il faut dire que ces listes étaient truffées de nombreuses tares : certains morts n’étaient pas morts pour elles (Biraogo Diop a fait des émules !), des Camerounais avaient leur noms en double, d’autres recevaient plusieurs cartes d’électeurs pour eux seuls, pendant qu’il y en avait qui ne retrouvaient pas leur nom dans les bureaux de vote. Bref, une vraie pagaille qui n’est pas sans rappeler la nôtre, au Burkina. Mais chacun cultive devant sa porte !

La main gauloise

Pour ce qui est du champ camerounais, il faut cependant souligner que l’opposition n’aurait pas gagné si facilement la bataille sans la main de la France. L’adresse de Nicolas Sarkozy à à Paul Biya a dû faire tilt dans la tête du compagnon d’âge d’Abdoulaye Wade. En effet, selon notre confrère Koaci.com, au lendemain de l’élection présidentielle, le locataire de l’Elysée a lancé cette flèche diplomatiquement sans équivoque à Paul Biya : « Alors que votre pays connaîtra de nouveau des élections en 2012, je ne doute pas que vous saurez, d’ici là, mettre en œuvre les efforts et les moyens nécessaires au bon fonctionnement d’Elecam et, par voie de conséquence, au renforcement de la démocratie au Cameroun ».

Maintenant, il y aura refonte des listes. Le fichier électoral sera nettoyé au kleenex de la biométrie. Mais l’opposition est-elle sortie de l’auberge ? Pourra-t-elle vaincre l’immense tyrannie du parti au pouvoir avec cette minuscule dague ?

D’autres batailles restent à remporter

Tout ce qui est fait par la main de l’homme, peut être défait par la main d’un autre homme. Il faut garder à l’idée que c’est quand l’être humain décide de ne pas voler, qu’il ne volera pas. On a beau lui mettre la plus sécurisée des coriaces camisoles, tant qu’il voudra se libérer, il se libérera. Les batailles restent donc nombreuses pour l’opposition camerounaise. Dépolitiser Elecam (s’il est vrai qu’il l’est), être représentée comme il se doit dans les bureaux de vote et surtout, la plus grande bataille, convaincre les Camerounais à croire de nouveau à la politique. Et elle n’est pas gagnée d’avance, cette bataille-là…

 

 

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Il y a 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre