Système des nations unies : le Burkina Faso membre du Conseil d’Administration du PNUD/FNUAP/UNOPS

667 0

Le Burkina Faso, membre du Conseil d’Administration du PNUD/FNUAP/UNOPS,  a activement participé du 1er au 3 février 2012, à la première session ordinaire 2012, de cette instance. A cette occasion, les trois organes concernés ont soumis aux membres du Conseil pour examen différents rapports relatifs essentiellement aux questions d’organisation, aux questions financières, administratives et budgétaires, et à l’application des recommandations du Comité des commissaires aux comptes.La délégation du Burkina Faso a fait trois interventions au cours de cette session, notamment sur les points consacrés respectivement au projet de budget institutionnel pour 2012-2013 du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), à l’application de la stratégie en faveur de l’égalité des sexes au PNUD, et à la présentation des activités du Fonds d’équipement des Nations Unies (FENU).

Sur le point consacré au projet de budget institutionnel pour 2012-2013 du FNUAP, la délégation du Burkina Faso s’est félicitée de la diminution des ressources du budget institutionnel au profit des activités opérationnelles du FNUAP. Elle a aussi soutenu l’ouverture d’un deuxième Bureau régional du FNUAP en Afrique. Aux termes de ses délibérations, le Conseil d’administration a adopté une décision approuvant la conversion du Bureau sous-régional du FNUAP à Dakar en Bureau régional pour l’Afrique occidentale et centrale, ainsi que la fusion du Bureau sous-régional et du Bureau régional du FNUAP à Johannesburg, en Bureau régional pour l’Afrique australe et orientale. Cette décision prend effet en 2013.

A la suite de la présentation du rapport d’étape sur l’application de la stratégie en faveur de l’égalité des sexes au PNUD, la délégation du Burkina Faso a souligné la nécessité de «la réduction des inégalités homme-femme et l’autonomisation des femmes en vue de l’instauration d’un développement durable ».  Elle a évoqué les efforts faits par le Burkina Faso dans ce domaine, « notamment par de la création d’un Ministère de la Promotion de la Femme, ainsi que l’adoption et la mise en œuvre d’une politique nationale genre ». La délégation a saisi l’occasion pour remercier le PNUD pour ses appuis, et l’exhorter à poursuivre ses efforts en faveur de l’égalité des sexes.

Concernant les activités du Fonds d’équipement des Nations Unies (FENU), la délégation du  Burkina Faso a félicité cet « ami des pays les moins avancés » notamment pour ses appuis importants en matière de microfinance et de microcrédits. En réponse aux préoccupations du Burkina Faso relatives au financement des activités conformes aux domaines d’action prioritaires définis dans le Programme d’action d’Istanbul, le FENU a reconnu qu’il n’en avait pas encore les moyens et en a profité pour encourager les pays donateurs à investir pour le développement des populations les plus vulnérables. Il convient de souligner que le FENU est le seul organe des Nations Unies dont le mandat porte exclusivement sur les pays les moins avancés.

Avant la tenue du Conseil d’Administration, le Burkina Faso a pris part, les 30 et 31 janvier 2012, au siège de l’Organisation des Nations Unies, à la réunion commune de quatre Conseils d’administration. Il s’agit des Conseils d’administration :

 

–              du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), et du Bureau des Nations Unies pour les services d’appui aux projets (UNOPS) ;

–              du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) ;

–              de l’entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes (ONU-Femmes) ;

–              du Programme alimentaire mondial (PAM). Le Burkina Faso est également membre du Conseil d’administration du PAM actuellement.

Cette réunion commune avait pour but d’examiner les résultats et perspectives des activités opérationnelles des six organes que regroupent ces Conseils d’administration, notamment dans trois catégories de pays, à savoir les pays à revenu intermédiaire, les pays les moins avancés, et les pays en transition.

Dans l’examen de la situation de chaque catégorie de pays, il s’est agi de partager les expériences réussies, d’identifier les évolutions enregistrées récemment, de prêter une attention particulière aux améliorations nécessaires, en vue de faire avancer le débat sur les moyens d’harmoniser les stratégies des organismes, fonds et programmes des Nations Unies dans les pays concernés.

Intervenant sur le point de l’ordre du jour relatif aux pays les moins avancés, la délégation du Burkina Faso conduite par Son Excellence Monsieur Der KOGDA, Ambassadeur, Représentant Permanent du Burkina Faso auprès des Nations Unies, a notamment souligné que « les pays les moins avancés (PMA) ont besoin pour les dix prochaines années, d’appuis financiers et techniques, d’ouverture des marchés et d’attraction des investissements », et que « le 4ème Programme d’action pour les PMA adopté en mai 2011 à Istanbul devrait être exécuté dans un esprit de cohérence du « Delivering as one » (Unis dans l’action), en prenant en compte à la fois les priorités nationales des PMA et les huit domaines d’action prioritaires du Programme ».

L’Ambassadeur a saisi l’occasion pour donner des informations sur la Stratégie de Croissance Accélérée et de Développement Durable (SCADD) du Burkina Faso, et la tenue de la Conférence internationale à Paris du 1er au 3 février 2012 pour son financement.

Mission Permanente à New York

DCPM MAECR



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *