An 14 de la CENSAD sans Kadhafi

121 0
Les pays membres de la CENSAD en jaune sur la carte

Le ministre de la Coopération régionale, Vincent Zakané, a présidé aujourd’hui 27 février, prenez votre souffle, l’ouverture de la réunion des ambassadeurs,  représentants permanents, experts et juristes des Etats membres du comité ministériel  restreint chargé de la restructuration de la CENSAD.  Un conclave ordonné par les difficultés pour l’institution d’atteindre ses objectifs. Comme le dit si bien le discours du ministre, « De nombreux dysfonctionnements ainsi que des contingences endogènes et exogènes constatés n’ont pas permis à la communauté de réaliser les attentes légitimes qu’elle avait suscitées au départ et de se distinguer comme un outil performant d’intégration régionale ».

Une refondation de la CENSAD 

14 ans après sa création, la CENSAD a connu de grands moments de balbutiements au niveau structurel et au niveau de sa démarche stratégique. Déjà, lors de la 12eme Conférence ordinaire tenue les 23 et 24 juillet 2010 au Tchad, les chefs d’Etat des pays membres avaient admis l’incapacité de la CENSAD de créer un espace vivant et concret de solidarité politique et d’intégration économique, d’être un modèle d’intégration africaine réussie. De cette conférence présidée pa Idriss Déby Itno est né le comité ministériel restreint qui devait jeter les bases d’une réflexion visant à la normalisation institutionnelle de la CENSAD. La crise libyenne, comme un cheveu dans la soupe, est venu estomper cette dynamique et dans le même temps, elle a suspendu les activités de la CENSAD. C’est ainsi que le Comité restreint s’est requinqué, et ce, grâce à une réunion de concertation tenue en Janvier 2012, qui avait pour mission « de revisiter les textes organiques de la communauté, de les adapter à l’environnement géopolitique actuel du continent africain et de les mettre en harmonie avec les objectifs et principes du traité d’Abuja du 03 Juin 1991 portant création de la Communauté Economique Africaine (CEA), qui est la véritable feuille de route de l’intégration politique et économique de l’Afrique ».

Les missions de la CENSAD devront donc au sortir de la réunion des experts s’inscrire dans la dynamique de l’Union africaine  et dans l’optique de la réalisation de la CEA (Sic).

Nouveaux défis

Il est clair que l’espace régional est en proie à de nouvelles menaces. Menaces sécuritaires (prolifération des armes légères, trafic en tous genres, criminalité transfrontalière organisée, actes de terrorisme, l’insécurité alimentaire,…) qui mettent à mal la stabilité des Etats de la Zone. Le ministre Vincent Zakané a précisé que ces différentes menaces ont des “répercussions incalculables au Mali et dans certains pays voisins comme la Mauritanie, le Burkina, Le Niger”. Les experts auront donc pour autres défis de répondre efficacement aux attentes des pays membres dans ce sens.

De toute évidence, l’ombre de Kadhafi et l’influence des nouveaux patrons de la Libye nouvelle planeront sur cette veine de renaissance de la CENSAD. Sans doute, la CENSAD nouvelle version ne ressemblera plus à celle rêvée par Feu le Guide de la révolution libyenne. Elle mourra (comme son ancien mentor) peut-être pour que naisse la CEA.

Silence, on n’oublie Kadhafi !

Il y a 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre