Ve congrès du CDP : Cohésion, cohésion, cohésion !

436 0
Le Palais des sports de Ouaga 2000 était comble à la cérémonie d'ouverture Ph : B24

Le Ve congrès du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) a ouvert ses portes ce vendredi 2 mars 2012. En attendant de savoir quelle sera la coloration de la nouvelle instance dirigeante du parti au pouvoir, le nouveau mot d’ordre chante la cohésion.

«Face aux mutations sociales, économiques et politiques, impulsons, dans la cohésion, une dynamique nouvelle au CDP ». Ainsi est libellé le thème du Ve congrès du CDP. Il s’est ouvert au Palais des sports de Ouaga 2000 dont il a rempli les 3500 places de militants venus des quatre coins du Burkina et de ses bonzes, un palais qui s’est habillé aux couleurs du CDP.

Cohésion, unité et discipline face au nouveau contexte

Il s’est habillé également aux couleurs du nouveau mot d’ordre : la cohésion. Eh oui, la nouvelle dynamique dont veut se doter le parti majoritaire doit être trempée dans l’eau formée des molécules de la cohésion, de la discipline et de l’unité. Ces trois mots sont revenus comme une ritournelle dans les discours des intervenants au parloir.

Une cohésion, à en croire Patrice Nikiéma, le Secrétaire générale de la section du Kadiogo, et le président du parti  himself, Roch Marc Christian Kaboré, rendue nécessaire par les remous socio-politiques qui ont secoué le pays.  Des remous qui rendent nécessaire une véritable réorganisation du parti et son adaptation. Le président du Faso,  Blaise Compaoré, candidat de toujours du CDP, dans son adresse lue par Simon  Compaoré, a indiqué qu’il fallait « opérer les mutations internes nécessaires » et  « restructurer » le parti.

Place aux jeunes et à la femme

Les intervenants ont également insisté sur la place qui doit être faite aux jeunes et aux femmes dans le wagon du CDP.  Blaise Compaoré a estimé qu’il fallait inscrire  l’« impératif d’une plus grande responsabilisation des jeunes et des femmes » dans les délibérations du congrès.

Plus particulièrement en ce qui concerne la jeunesse, Roch Marc Christian Kaboré a estimé que « la problématique de la jeunesse ne peut être éludée » et qu’on doit « trouver une solution à court terme ».

Bien entendu, les élections couplées de 2012 ont eu de l’attention sous la voute du Palais des sports de Ouaga 2000, dans cette matinée du  2 mars, mais  toujours sous l’angle de la cohésion, de la discipline et de l’unité.

La déco était particulière Ph: B24

Soutiens venus d’ici et d’ailleurs

Après les discours des trois représentants du CDP, des partis politiques du Burkina et de la sous-région ont adressé des messages de soutien au parti au pouvoir. Qu’ils soient de la majorité présidentielle comme l’ADF/RDA, l’AMP ou de l’opposition comme l’UPC et Maxime Kaboré, ils ont exprimé leurs encouragements, selon la coloration de leur convictions politiques, mais dans un «esprit républicain et démocratique ».

Quatre partis maliens, dont l’Union pour république et la démocratie (URD) de Soumaïla Cissé, et deux nigériens ont tenu à exprimer leur soutien au parti qui déclinera dimanche après-midi, sa nouvelle équipe dirigeante.

 

 

Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *