CDP : Destin du Titanic ou plumage du Phénix ?

1044 0

On ne peut le contester : le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP) est à un virage important de son existence. Saura-t-il braquer le volant dans le sens de la continuité de sa grande puissance ou foncera-t-il vers le ravin du déclin après l’apogée ?  Pronostics. 

Le virage du Ve congrès

Les deux têtes, entrantes et sortantes, du CDP l’ont-elles-même reconnu : ce Ve congrès fera « date » et sera « historique ». Il l’est déjà. C’est seulement à ce Congrès que la langue de bois a été brûlée dans les charbons ardents de la vérité et du franc-parler. Le désormais ex-président du CDP, Roch Marc Christian Kaboré, a joué les précurseurs en reconnaissant sans détour que le pays a mal, surtout à sa jeunesse et à ses conditions de vie. Qu’ensuite, le CDP avait mal à son organisation et à la liberté de pensée de ses animateurs. Au décryptage de son discours, Roch Marc Christian Kaboré dit qu’on a assez bâillonné au CDP et qu’il faudrait changer la donne. Liberté pas toujours commune.

Ensuite, le second acte de ce congrès est la consécration de l’alternance à la tête des instances dirigeantes. Un boulet que Roch Marc Christian a désormais attaché aux pieds du régime Compaoré. L’exemple doit être donné par la tête. S’il est donné par le pied, la révision de l’article 37 aura désormais un argument de taille pour le contrer.

Mais au-delà de l’avenir de l’alternance à la tête de l’Etat, il est maintenant surtout question de l’avenir du CDP.

FEDAP/BC-CDP : Mariage ou jeu de l’arbre et du champignon parasite ?

Que deviendra la FEDAP/BC ? Ph : cisab.bf

Certains pronostiqueurs avaient gagé que la FDAP/BC (Fédération associative pour la paix et le progrès avec Blaise Compaoré) fera quelque chose lors de ce congrès. En effet, la FEDAP/BC est aujourd’hui dans le CDP. Ou plutôt, est-ce le CDP qui se trouve dans la FEDAP/BC ? Ou alors, le CDP a passé une bague d’alliance à la FEDAP/BC ou vice-versa. Les questions sont pour le moins nombreuses sur comment  les soutiens « associés » et les soutiens « partis politisés » de Blaise Compaoré vont cohabiter dans l’hôtel CDP. Nombreux pensent que la FEDAP/BC dirige maintenant le CDP. Ils sont encouragés en cela par le fait que les piliers du CDP sont maintenant sur la touche… des conseillers et joueront désormais le rôle de simples observateurs.

Cette même hypothèse indique que Blaise Compaoré veut tenir le CDP dans sa main, en y mettant ses parents et ses cousins. Entre parenthèses, que va devenir la FEDAP/BC ? Ses activités se différentieront-elles de celles du CDP maintenant que ses ténors font partie du  parti au pouvoir ? La FEDAP/BC sera-t-elle dissoute ?  En cas de négative à cette question, ne risque-t-elle pas devenir une coquille vide ? Fermons la parenthèse.

Mais il n’est pas impossible que Roch et ses « camarades » aient accepté de mettre les « autres » devant et ainsi, si le navire CDP venait à se planter, qu’on ne les accuse pas d’avoir été les artisans de la débâcle. Mais peut-être que la FEDAP/BC a aussi accepté de se mettre devant pour recueillir toutes les dividendes si le crash annoncé de l’avion de la compagnie CDP se transformait en un formidable ballet aérien qui se terminera par un bel atterrissage. La FEDAP/BC aura été alors ce champignon qui s’implante sur les racines d’un arbre, en recueille toute la sève pour se nourrir et prend la place du végétal qui se dessèchera petit à petit.

Mais la politique est une guerre où toutes les hypothèses sont permises. La FEDAP/BC et le CDP se seraient peut-être donné la main pour mieux faire triompher leur joker. Ce que d’aucuns voient comme une phagocytose ou l’image d’un boa qui avale un éléphant ne serait alors qu’une erreur visuelle.

Comme le Titanic…

Dans tous les cas, les pronostics ne sont pas bons pour le CDP. Et en tenant compte de ces pronostics, le CDP jouerait merveilleusement bien le scénario du Titanic. Majestueux, l’air indestructible, il fera naufrage à cause d’une pointe d’iceberg imprévue. Mais que sera dans ce cas, cet iceberg ? Roch Marc Christian Kaboré ? Ce dernier pourrait égaler Blaise Compaoré par son air impénétrable, serein et imprévisible. Quel flash politique s’il déclarait avec fracas qu’il quittait le CDP et créait son parti !

Ou encore, s’il disait qu’il se rallie à d’autres formations politiques comme les Sankaristes ou l’UPC de Zéphirin Diabré ! On n’imagine pas les dégâts que cela causerait à la coque du CDP….

Assimi Kouanda ? Pourra-t-il mettre en œuvre le mot d’ordre qu’est la cohésion et l’union du parti ? On le dit modéré. Mais a-t-il les mains libres ? Cela pose la deuxième question : Blaise Compaoré serait lui-même l’iceberg ? En décidant de colorer la direction du parti par le sang familial, n’est-il pas en train de creuser la tombe du CDP ? Les « bonzes » apprécieraient-ils d’être ainsi mis sur la touche ? Son petit-frère fera-t-il l’unanimité ? Si ces réponses sont négatives, les conséquences risquent de ne pas être bonnes sur le terrain. Et le plus immédiat sera les élections couplées de fin 2012. On susurre que ce congrès a fait des mécontents et que cela allait se sentir lors des couplées. Titanic : Action !

Tel le  Phénix …

Mais comme un mauvais placement sur une feuille de PMU’B, tous ces pronostics peuvent être déjoués par l’avenir. Blaise Compaoré a plus d’un tour dans son sac politique. Peut-être qu’il sait où il va et sait où il veut en venir. Maître du jeu, il place ses pions, les avance ou les saute, sachant qu’il dira sans aucun doute à ses adversaires : échec et mat ! Dieu seul sait que cet homme a passé tout son temps à surprendre ses compatriotes. Surprise qui pourrait encore se lire sur les visages au soir des élections couplées, où le CDP pourrait ne pas subir l’hécatombe qu’on tend à lui prédire. Tel le Phénix, il pourrait rejaillir  de ses cendres tumultueuses.

Il tangue dans la tourmente, c’est certain, le navire du CDP. Ses armatures ont des craquements inquiétants. Son gouvernail ne tranquillise pas et son compas n’indique pas un cap rassurant. Mais peut-être tiendra-t-il la route. Au moins jusqu’en 2015. Après, ce sera une autre histoire…

 

 



Abdou ZOURE

Abdou Zouré, journaliste à Burkina24 de 2011 à 2021. Rédacteur en chef de Burkina24 de 2014 à 2021.

Article similaire

There are 1 comments

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *