Mahamadi Guiré, un bijoutier avec “le don de comprendre le gout de ses clients”

358 0

 

Mahamadi Guiré © Burkina24

Les bijoux, aussi bien pour homme que pour femme, sont l’expression d’une mode qui fait son chemin dans la capitale burkinabè. Les hommes qui créent dans ce domaine ne manquent pas de talent pour faire vivre cette mode au masculin-féminin. Sont de ceux-là, Mahamadi Guiré, un talentueux bijoutier qui fait le bonheur des clients qui ont la chance de le rencontrer.

Parler de mode au Burkina, au féminin comme au masculin, c’est entrer dans le secret des rares bijoutiers de la capitale dont le génie et le talent nourrissent les habitudes vestimentaires de beaucoup de jeunes. Ainsi on se surprend par moment à admirer ces parures: la chaine scintillante pendue au cou, assortie d’un bracelet et d’une bague, le tout portant élégamment des initiales dorées d’un nom et d’un prénom. Les hommes qui créent et animent cette mode ne manquent pas dans la ville de Ouagadougou, et leur talents perceptibles à ceux qui ont le soucis du détail. Pour Mahamadi Guiré, l’homme sur qui nos phares se sont posés et qui a choisit d’établir son atelier de création dans un quartier de la ville de Ouagadougou, la discrétion accompagne et rehausse le caractère laborieux de l’artiste. Il n’a rien à envier aux grandes bijouteries, convaincu et découvrant chaque jour que le talent et l’inspiration ne viennent pas des grands moyens et du grand tapage que l’on peut faire autour d’une bijouterie.

 

Creuser plus profond pour bâtir plus haut

Malgré ses débuts qui ne furent guère faciles, l’homme qui nourrit à présent l’ambition de voir ses créations devenir une référence au Burkina et à l’International, peut se faire fort d’avoir imprimé son génie dans le style d’une nombreuse clientèle.

C’est en 1994 que Mahamadi commença son apprentissage auprès d’un bijoutier ami de son père et qui lui en a fait la proposition. Le jeune garçon de 12 ans qui trouvait déjà sa passion dans cette occupation de vacance, se perfectionnera pendant une douzaine d’années. Au fond de ce long apprentissage, une philosophie bien ancrée que notre bijoutier aime à résumer dans cette adage: “celui qui veut construire haut creuse plus profond”. Aujourd’hui, la trentaine bien sonnée et l’expérience solidement dans les doigts, Mahamadi reste convaincu qu’on a jamais fini d’apprendre. Surtout dans un domaine comme le sien.

Il est aisé, au premier coup d’œil dans le petit atelier, de se rendre à l’évidence que les conditions de travail sont assez difficiles. Et on se doute bien que notre homme est passé par beaucoup d’embûches avant de se trouver là où il se trouve. Ses ambitions? Guiré Mahamadi en a plus d’une. La plus importante: si l’on pense à court terme, il vous laisse deviner qu’il voudrait pouvoir s’équiper matériel qui lui permettra de réduire le temps mis pour traduire la création de son esprit en bijou.

 

La passion de satisfaire sa clientèle

Dans son atelier, à l’arrière  fond de la modeste pièce qui lui sert de boutique et de vitrine, notre bijoutier travaille l’or, l’argent, les pierres précieuses pour en sortir des bijoux dont l’éclat retiennent l’œil du visiteur. Ses meilleurs clients? Les femmes. Mais comme il ne cesse de le répéter, Mahamadi est le bijoutier de tout le monde: futurs mariés, jeunes, personnes âgées (qui ne le sont pas d’ailleurs pour l’âge! dixit l’artiste), hommes et femmes … Pour eux, il se donne chaque jour la peine d’aller à la limite introuvable de son imagination pour créer le bijou exceptionnel. Dans un métier qui n’est à l’abri de la concurrence, pousser la créativité le plus loin possible reste pour lui aussi bien une passion qu’un défi perpétuel. Cela depuis maintenant 14 ans, avec le même grand amour pour le métier et surtout l’obsession de satisfaire une clientèle fidèle et exigeante dans les détails du gout, mais jamais déçue de sa prestation. Car il se mêle dans son métier labeur et don. Et notre bijoutier revendique le don “comprendre chaque client avec son goût”. Sa clientèle a beau se montrer rigoureuse et exigeante en goût, l’insatisfaction est un sentiment très rare quand elle vient d’elle. Par contre face à son ouvrage, Mahamadi avoue se surprendre par moment habité par ce sentiment, sans cesse qu’il est en train de sonder les limites de la créativité.

Mahamadi en compagnie des rédactrices ©Burkina24

 

Sans se donner en modèle, par modestie, à ceux qui sont tenté ou qui s’essaient dans ce métier, Guiré Mahamadi, fort de son expérience pense qu’il est essentiel de savoir  s’adresser aux clients et comprendre leur goût. Et comme son histoire peut le suggérer, les futurs bijoutiers devraient s’armer de beaucoup de patience et de persévérance, car, malgré les obstacles, l’amour du métier peut faire de talentieux bijoutiers. C’est le plus important un métier de création qui nourrit la mode du moment.

 

Rédacteurs: Justin Yarga , Estelle Obeo-Coulibaly et Judith François Langevin

Pour plus d’informations sur la bijouterie, visitez sa page facebook: https://www.facebook.com/pages/Bijouterie-la-Satisfaction/310119389043173

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre