Quelques gestes et actes au Ve congrès du CDP

675 0

Ils sont peut-être anodins ou ils peuvent avoir une portée particulière. Il y a eu au Ve congrès du Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), tenu du 2 au 4 mars 2012, des faits, des actes et des gestes qui peuvent faire l’objet d’attention. Nous vous les proposons.

La déco était particulière Ph: B24

* Cette musique déplacée

Quelques minutes avant la cérémonie de clôture du congrès, l’orchestre de corvée jouait un drôle de rythme. Si drôle que nombreux sont ceux-là qui se posaient des questions. Les aigues et les basses se succédaient à  un intervalle d’environ une minute, montaient ou descendaient. Un rythme qu’on ne trouverait pas déplacé dans une veillée funèbre, mais qui n’avait absolument pas sa place sous la voute du Palais des sports de Ouaga 2000, ce dimanche après-midi. De quoi nourrir l’ironie de certains qui ont pensé  à tort et à travers qu’on chantait le requiem du CDP.

* Salif Diallo, pas amoureux des ovations

Salif Diallo, l’un des candidats que les pronostiqueurs avaient bien vu brandissant le bonnet de chef du CDP, n’était pas fan des applaudissements lors de la clôture du congrès. En effet, stoïque et mastiquant vigoureusement un chewing-gum, l’enfant terrible de Ouahigouya croisait imperturbablement les bras lorsqu’on applaudissait dans la cuvette. Même quand Assimi Kouanda l’a cité et que les ovations crépitaient, il n’a pas daigné changer le rythme de sa mastication, encore moins décroiser ses mains pour les taper l’une contre l’autre. Mais cela n’a pas empêché les militants de l’ovationner quand il s’est levé à l’appel de son nom comme conseiller politique.

* Ces cérémonies trop longues

S’il y a quelque chose qui a fait allonger les bouches lors de ce congrès, surtout dans le rang des journalistes, c’est bien la longueur des cérémonies d’ouverture et de clôture du Ve congrès. Trois heures à l’ouverture et environ la même longueur à la clôture. Ont été les ingrédients de cette sauce, les interventions des partis politiques invités, certains s’étant crus, à un moment donné, à un de leurs meetings, vantant le mérite de leur parti et de leurs candidats qui sont en jeu pour les compétitions électorales de leur pays. Cela n’a pas été du goût de tout le monde.

* Blaise Compaoré, ohé !

Le PDCI/RDA et le RDR, venus de Côte d’Ivoire au Ve congrès du CDP, ont déroulé dans leur message, un long et interminable tapis rouge, à la limite poétique, de louanges pour le locataire du palais de Kosyam. Au début, les locataires d’un jour du Palais des sports applaudissaient à tout rompre, avec force youyou, quand le nom Blaise Compaoré et ses nombreuses facilitations, étaient prononcés. Mais à la longue, les ovations devenaient de moins en moins prononcées.

* Quelle image !

C’est frappant, la disposition officielle dans la cuvette du Palais des Sports. En effet, sur l’immense podium dressé sur le côté Est de la cuvette, le Secrétariat exécutif national, composé des nouveaux venus : François Compaoré et Gaston Soubeiga. Sur le côté ouest, « en bas », l’équipe des 24 conseillers, composée des « bonzes » du CDP : Salif Diallo, Roch Marc Christian Kaboré, Simon Compaoré, Arsène Bognéssan Yé, Basile Guissou. Image susceptible de commentaires.

* Des mécontents ?

Tous les militants n’étaient pas contents à ce congrès. Certaines délégations ont fait la moue parce que des tee-shirts n’ont pas été donnés ici ou que des foulards n’ont pas été donnés par là. Problèmes internes qui ont été réglés à l’interne.

 

 



Abdou ZOURE

Abdou Zouré, journaliste à Burkina24 de 2011 à 2021. Rédacteur en chef de Burkina24 de 2014 à 2021.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *