Violences faites aux femmes : Une coalition nationale pour pérenniser et renforcer les actions de lutte

Le ministre de la promotion de la femme, Nestorine Sangaré, entouré du ministre Albert Ouédraogo de la Promotion des Droits Humains, de l’ambassadeur du Canada et du représentant d'Oxfam Québec. © Burkina24

Une coalition nationale de lutte contre les violences faites aux femmes et aux filles (CN/VFFF) a été lancée officiellement ce mardi 13 mars 2012. Constituée d’une cinquantaine d’organisations de la société civile, elle entend pérenniser au niveau national la campagne internationale des 16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes et aux filles.

 

Mobilisées chaque année et ce, depuis 2006, pour la campagne des 16 jours d’activisme contre les violences faites aux femmes et aux filles, des organisations de la société civile burkinabé, avec l’appui de Oxfam Québec, ont décidé de renforcer les actions contre cette forme de violence à la peau dure. C’est dans cette perspective qu’est lancée la Coalition nationale contre les violences faites aux femmes et aux filles (CN/VFFF) sous le leadership d’organisations telles que Marche mondiale des femmes/Action nationale du Burkina Faso.

Un plan d’action et les contours d’une campagne dénommée « NOUS POUVONS mettre fin aux violences faites aux femmes » ont été présentés lors de la cérémonie de lancement de la coalition. Cette démarche vise à pérenniser la mobilisation autour des 16 jours d’activisme. La coalition compte décentraliser ses actions, avec pour objectifs de briser le silence autour des violences conjugales, de contribuer à réduire l’exclusion sociale et de mobiliser individus et communautés pour mettre fin aux violences faites aux femmes et aux filles (VFFF).

Une vue partielle des participants et participantes au lancement de la Coalition nationale. © Burkina24

Selon le constat des initiateurs de la campagne, les actions entreprises jusque-là pour lutter contre les VFFF, véritable violation des Droits humains, se sont montrées faibles ou insuffisantes. C’est pourquoi la campagne mise sur une nouvelle approche qui vise à faire de chaque individu un agent de changement.

La coalition peut compter pour cela sur des partenaires tels que Oxfam Québec dont le représentant national, Monsieur Oscar Koalga, a réitéré l’engagement à accompagner la mise en œuvre du plan d’action 2012-2015 présenté.

En déclarant lancées officiellement les activités de la Coalition et sa campagne, le Ministre de la Promotion de la Femme, Nestorine Sangaré, entouré du Ministre Albert Ouédraogo de la Promotion des Droits Humains, de l’ambassadeur du Canada et du représentant d’Oxfam Québec, a rappelé que les VFFF se passent dans la sphère privée, d’où la nécessité du changement au niveau individuel.

A propos des violences faites aux femmes

Selon une définition donnée par les Nations Unies « La violence faite aux femmes désigne tout acte de violence fondé sur l’appartenance au sexe féminin, causant ou susceptible de causer aux femmes des dommages ou des souffrances physiques, sexuelles ou psychologiques, et comprenant la menace de tels actes, la contrainte ou la privation arbitraire de liberté, que ce soit dans la vie publique ou dans la vie privée. » Contre cette forme de violence, de nombreuses organisations se mobilisent dans le monde depuis 1991, dans le cadre de la campagne des 16 jours d’activisme. Cette campagne commence le 25 novembre, Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, et prend fin le 10 décembre, Journée internationale des droits humains.

 

 


 

 

 


 

 



Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page