La rébellion du Nord-Mali, premier front diplomatique pour Kadré Désiré Ouédraogo

404 0
cartographie des zones de combats. Photo: rfi.fr

Le nouveau président de la commission de la CEDEAO séjourne depuis jeudi à Bamako dans la perspective de trouver une solution sous-régionale au conflit qui perdurent dans le Nord-Mali. A la tête d’une forte délégation, Kadré veut convaincre les partie au dialogue.

Après les actions humanitaires entreprises le mois dernier, la CEDEAO, et son tout nouveau président, veut s’engager vers les actions diplomatiques. Le 23 février dernier, une mission de la CEDEAO séjournait au Mali dans le but d’évaluer la situation. Le conflit déclenché en mi-janvier a fait et continue de faire des nombreuses victimes, dont environ 195 000 déplacés à l’intérieur et hors du pays. Cette mission avait été suivie de la décision de débloquer une somme de  3 millions de dollars pour venir en aide aux populations en proie à une crise alimentaire et aux attaques des rebelles.

Selon l’agence de presse PANA, une importante délégation, conduite par le nouveau président de la commission est arrivée dans la capitale malienne depuis jeudi, avec pour objectif de faire valoir le dialogue entre rebelles du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) et Bamako.

Cette initiative intervient quelques jours avant une session spéciale du conseil de paix et de sécurité de l’UA, consacrée à cette crise et prévue pour se tenir le 20 mars dans la capitale malienne. Mais en attendant, la CEDEAO qui s’est dotée d’un texte relatif au mécanisme de règlement des conflits va-t-il réussir à donner imposer l’option du dialogue, et ramener ainsi la paix au Mali?

Ce front, le premier front de bataille de Kadré Désiré est semblable au nettoyage des écuries d’Augias. Chaque jour avec son lot d’attaques de rebelles, chaque attaque avec un nouveau mode opératoire.  Mieux vaut ne pas s’aventurer dans les prédictions.

Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *