Point de presse du gouvernement : les ministères de la culture et de l’action sociale dévoilent leurs grandes orientations pour 2012

405 0

Le point de presse de ce jeudi 22 a été consacré aux grandes orientations du ministère de la culture et du tourisme d’une part, du ministère de l’action sociale et de la solidarité nationale d’autre part. L’actualité nationale et internationale a constitué un moment important de cet échange direct, avec notamment le coup d’État au Mali, sujet évoqué avec le ministre de la communication et porte- parole du gouvernement.

De gauche à droite, les ministres Baba Hama de la Culture et du Tourisme, Alain Edouard Traoré de la Communication et porte-parole du gouvernement et Mme Clémence Traoré/Somé de l'Action Sociale et de la Solidarité Nationale. © Burkina24

Le développement d’une industrie culturelle en vue

Face aux hommes et femmes de médias, le Ministre de la Culture et du Tourisme, Baba Hama, a été le premier a étaler les grandes orientations de son département pour 2012. Entre autres actions, le ministère veut travailler à rendre possible le développement d’une industrie culturelle au Burkina Faso. Le renforcement et la mise en œuvre d’un cadre juridique des professions artisanales et la promotion et la protection du patrimoine culturelle font également partie des actions à mener dans le domaine de la culture. Dans le domaine du tourisme, l’ambition est de développer l’entrepreneuriat touristique, le tourisme étant, tout comme la culture, un grand pourvoyeur d’emplois.

Les deux secteurs, a rappelé Baba Hama sont pris en compte dans la SCADD comme piliers de l’émergence, et les actions du ministère visent à créer un environnement qui leur permettent de jouer leur rôle économique.

A moins de 48 heures de la grande manifestation culturelle de Bobo, c’est la question de la valorisation des œuvres primées qui a préoccupé certains journalistes. Le problème du budget a refait surface, car pour le ministre Baba Hama, les moyens manquent pour assurer la valorisation de ces œuvres par leur édition par exemple.

Des solutions idoines aux préoccupations sociales des burkinabé dans la durabilité

A la suite du ministre de la culture et du tourisme, le ministre de l’action sociale et de la solidarité nationale a décliné dans les grandes lignes les actions qui seront celles de son département pour l’année en cours.

En trois grands points, Mme Clémence Traoré/Somé a présenté les actions qui devront permettre d’apporter des solutions idoines aux préoccupations sociales des burkinabé dans la durabilité.

Ces solutions passent par la réalisation d’un programme « Enfance et Famille » qui permettra de créer les cadres de développement de la petite enfance, de lutter contre les violences faites aux femmes et les mutilations génitales féminines et de renforcer la protection de la famille. L’autre programme à réaliser par le ministère est axé sur la solidarité nationales et la gestion des catastrophes naturelles. Un forum national des personnes âgées est prévue dans le sens de renforcer les mécanismes de solidarité nationale.

Le gouvernement inquiet à propos du coup d’État au Mali

Sur le sujet préoccupant de la crise alimentaire, le ministre de l’action sociale et de la solidarité nationale a voulu une fois de plus rassurer, même si le gouvernement dit s’attendre à l’augmentation du flux migratoire : il y a encore plus de soixante (60) mille tonnes de céréales dans les magasins de la SONAGES et le gouvernement se mobilise pour assurer la survie des réfugiés et des familles d’accueil. « Si nous lançons un appel, ce n’est pas parce que la situation actuelle est catastrophique, mais c’est parce que si nous ne faisons rien dès maintenant, les stocks dont nous disposons ne nous permettront pas d’atteindre la prochaine récolte », a précisé Clémence Traoré/Somé.

Invité à donner la position du gouvernement sur le coup d’État au Mali, le ministre de la communication et porte parole n’a pas sorti les mots que beaucoup attendaient : « condamner ou approuver ». Alain Édouard Traoré a insisté sur le fait que le Burkina Faso s’alignera sur la position des organisations sous-régionales dont il est membre, l’UEMOA et la CEDEAO en l’occurrence. Le gouvernement reste “inquiet” de la situation au Mali et “veille à ce qu’il n’y ait pas de contagion”, a ajouté son porte-parole.

Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre