Situation à Dori : Le ministre porte-parole du gouvernement s’en prend vivement à RFI

376 4

A l’occasion du point de presse traditionnel du gouvernement animé ce jeudi 22 mars, le Ministre de la Communication et porte-parole du Gouvernement, Alain Édouard Traoré, n’a pas mâcher ses mots à l’égard de Radio France Internationale à qui il reproche d’avoir manqué de professionnalisme dans le traitement de l’information relative à la situation qui prévaut à Dori.

Le ministre de la Communication et porte-parole du Gouvernement, Alain Édouard Traoré. Jeudi 22 mars. © Burkina24

A la question de savoir ce qu’il en est de la situation à Dori, notamment le couvre-feu, dont ont fait cas nos confrères de RFI, c’est à la limite un coup de boutoir qui a constitué la réponse du ministre. L’information en question est passée sur les ondes de Radio France Internationale, tôt ce jeudi matin. Elle faisait cas « de graves incidents » qui auraient donner suite à un « couvre-feu…décrété depuis 48 heures dans la ville de Dori » et ajoutait que « des maisons ont été incendiées, et plusieurs arrestations ont été opérées ».

Dans un ton que l’on lui connaît déjà, Alain Édouard Traoré s’en est pris à RFI, démentant catégoriquement l’instauration d’un couvre-feu à Dori. Jugez-en par les extraits de son propos :

 « Il n’en est rien du tout ! Et ce qui est fâcheux dans cette situation que nous dénonçons au quotidien, c’est l’absence totale de professionnalisme qui frise l’irresponsabilité.»

A entendre Alain Edouard Traoré, c’est le professionnalisme même de ce média qui est en cause :

 « Lorsqu’on s’assoit dans les salons ou quelque part, on passe des coups de fil et on annonce qu’on a brûlé des édifices et qu’un couvre-feu a été instauré, alors qu’il n’en est rien, qu’est-ce qu’on veut ? Qu’est-ce qu’on cherche ? Est-ce que c’est professionnel ? Est-ce que c’est responsable ? Nous n’allons jamais cesser de le dire : une bonne presse, c’est une presse responsable. Une bonne presse, c’est une presse professionnelle. Sinon ça peut-être une presse qui crée davantage de problèmes, qui crée davantage de conflits. »

C’est pourquoi il interpelle les journalistes de RFI afin qu’ils recherchent “la vraie information” et “à dire ce qui est vrai”, car, dit-il, « là ils ont raconté ce qui leur correspond et qui ne correspond pas à ce qui se passe sur le terrain ».

“Il y a des voies de droit pour demander les choses”

D’un autre côté mais avec le même ton, le ministre dénonce le comportement des manifestants. Il récuse l’idée que la plate-forme revendicative des jeunes d’une localité leur donne “le droit d’aller bloquer une route nationale”. « A supposer que leurs revendications soient légales, il y a des voies de droit pour demander les choses », a martelé le ministre. En rappel et selon RFI qui a donné l’information, les jeunes qui sont à l’origine de la manifestation exigent « plus de recrutements d’ouvriers et de cadres de la régions » par la compagnie minière Iamgold qui exploite la mine d’or d’Éssakane.

Mais pour le ministre Alain Edouard Traoré, cela n’est pas acceptable. Il explique : « A supposer que dans toutes les régions du Burkina, les jeunes se lèvent pour dire que: l’usine qui est chez nous, la mine qui est chez nous, il faut que ce soit nous qu’on embauche. Est-ce que c’est républicain ? Est-ce que c’est conforme à un État de droit ? Non, nous ne le pensons pas. »

Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Il y a 4 commentaires

  1. ceux qui aulieu de recherche la solution au probleme s’en prend au termometre , il faudra arreter parce que ca montre quelque pointe le gouverment et une parti de la population est imature.pour ce ministre qui parle aux azare,il faudra lui rappel que c’est ses m?mes que le president du faso a dabort donne la primeur de sa canpagne en 2010.quand ? remy soit il est imature soit aveugle et sourd.mr drams si les gourous ne le font pas tu le faire toi meme pauvre cons.

  2. je crois qu’il est inadmissible que certains individus se permettent certaines choses.on ne peut pas se lever exiger que l’on fasse ce que certaines personnes veulent.pourquoi on recrute alors?pourquoi on demande des candidatures?il faut une responsablilit? patriotique et responsable.

  3. Dans ce pays, si l’on continue de laisser les gens faire ce qu’ils veulent sans intervenir, un jour ?a sera le sauve qui peut

  4. Si vous aviez donn? l’information ? temps, j’esp?re que vous mesurez ? sa juste valeur la vitesse de l’information moderne, RFI n’aurait pas eu le loisir de disserter sur les manifs ? Dori. Il vaut mieux vous en prendre ? votre propre incomp?tence. Quant ? vous en prendre aux riverains, que leur avez promis avant votre installation? Brafaso a promis embauch? 300 employ?s au village o? elle s’est install? et la r?alit? c’est moins de 10 postes temporaires intermittents qui leur a ?t? affect?s. ATTENTION ? la JUSTICE; ce n’est pas parce que les gens des provinces n’ont pas de papiers d?limitant leur territoire qu’il faut passer pour perte et profit leurs droits.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre