L’UEMOA veut mettre fin à la contrefaçon dans ses pays membres

Les officiels lors de la cérémonie d'ouverture du séminaire

Du 27 au 29 Mars se tient à Ouagadougou un séminaire sur l’impact économique et social des droits de propriété intellectuelle et les moyens de lutte dans l’espace UEMOA. Une rencontre de haut rang qui regroupe des praticiens du Droit, des hommes d’affaire, l’administration burkinabé, et bien d’autres acteurs du monde du commerce. Elle vise à terme à emmener les Etats membres de l’espace régional à s’engager vers une meilleure utilisation de la propriété intellectuelle pour le service du développement.

Organisée conjointement par l’organisation mondiale de propriété intellectuelle (OMPI), l’Office japonais des brevets et l’UEMOA, cette rencontre a pour axe principale la réflexion sur « l’impact économique social des droits de propriété intellectuelle ainsi que les moyens de lutte dans l’espace UEMOA ». La cérémonie d’ouverture a été présidée par le Directeur général adjoint de l’OMPI et en présence de représentants de l’Etat burkinabé, du président par intérim de la commission de l’UEMOA ainsi que de l’Ambassadeur du Japon au Burkina Faso, représentant l’Etat japonais.

Cette rencontre vise à terme de promouvoir un nouvel élan des droits de propriété intellectuelle dans l’espace UEMOA. Face à la contrefaçon et piratage, dans les secteurs des médicaments, des pièces de rechange automobile, des productions musicales, …, qui minent l’efficience du système de propriété intellectuelle et par voie de conséquence la croissance économique. Les acteurs de cette rencontre veulent asseoir des bases pour la mise en place d’outils efficients pour l’amélioration de la compétitivité et du respect des droits de propriété intellectuelle.

Ces experts étudieront scrupuleusement la question de la Propriété intellectuelle au sein de l'espace UEMOA

Trois interventions ont ponctué cette rencontre: il s’agit de celle du directeur général adjoint de l’OMPI, du speech de l’ambassadeur du Japon au Burkina Faso ainsi que du discours d’ouverture prononcé par le Président par intérim de la commission de l’UEMOA, monsieur Dabiré Christophe. Les propos ont été on ne peut plus claires dans les sens de créer des conditions favorables à l’exercice de la compétitivité, de protéger les investisseurs étrangers ainsi que d’améliorer le développement autonome des pays africains.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page