Soudans : Pas finies ces histoires d’hégémonie

Le chef du renseignement soudanais, Mohammed Atta, en conférence de presse à Khartoum le 27 mars 2012 (© AFP)

La tension est montée d’un cran ces derniers jours entre les deux Soudans. Après les combats au sol ce lundi 26 mars 2012, entre les soldats de Khartoum et ceux de Juba, l’aviation soudanaise de Khartoum a bombardé mardi, les installations pétrolière du Sud Soudan.

Depuis l’indépendance annoncée, soutenue  et proclamée par la communauté internationale, le conflit qui n’a jamais cessé entre les deux frères ennemis s’est intensifié, Khartoum n’ayant point digéré la partition du territoire qui risque de le rendre dépendant du Sud du point de vue énergétique.

Le président Omar El Béchir qui avait prévu début avril une visite au Sud Soudan dans la perspective de faire baisser la tension entre les voisins, a dû suspendre cette prétention.

Les bombardements n’ont pas fait de dégâts, cette attaque démontre une fois encore que la guerre de sécession n’est pas terminée même si la sécession est consommée. Khartoum a d’ailleurs concédé sous la pression des grandes puissances l’indépendance du Sud, grande réserve pétrolière de tout le Soudan.

Les attaques sont assez fréquentes dans camps pétroliers frontaliers des deux Soudans, qui chacun de son côté connait des conflits tribaux et communautaires importants.

L’indépendance du Sud Soudan semble inspirer et donner davantage espoir à nombre de factions à travers le continent ; Boko Haram en tête de liste et les Touaregs maliens plus récemment.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page