Les femmes Burkinabé de France célèbrent leur 08 Mars

432 0

Le samedi 24 mars 2012 dernier, s’est tenue dans les locaux de l’ambassade de France à Paris, la commémoration en différé de la journée internationale de la femme. Une initiative des femmes burkinabé vivant en France, soutenues dans leurs engagements par SEM Joseph PARE l’ambassadeur.

Débutée à 14h comme prévu, cette cérémonie a connu le parrainage effectif de Mme Alimata SALAMBERE, ancienne  Ministre de la Culture et de la Communication du Burkina Faso et ancienne Directrice de la Culture et de la Communicationde L’OIF. Apres le mot de bienvenu de l’Ambassadeur et l’intervention très remarquée de la Marraine, l’assistance a bénéficier d’une conférence sur le thème : « La mobilisation social contre la mortalité maternelle : le rôle des hommes ». Pour décortiquer ce thème, deux intervenants tenaient le crachoir. La première intervention a été celle du Docteur Véronique HOUDOUIN, Maître de conférences, Praticien Hospitalier au CHU Robert DEBRE et la seconde n’était autre que celle de notre compatriote le Docteur, Philippe TRAORE, Praticien Hospitalier au CH Sud-Essonne site de Dourdan.

Pendant plus d’1h30 d’horloge les deux conférenciers ont tenu en haleine l’assistance (plus féminine que masculine) en leur développant les résultats de leurs recherches terrains sur la question de la condition de la femme. Ainsi, la création d’un impôt sur la fortune des plus nantis au Burkina, une taxe sur l’alcool, de meilleurs bourses pour les filles etc. sont quelques propositions qui ont été faites pour créer des conditions de mobilisation contre la mortalité maternelle et la mortalité infantile. Cette conférence s’est poursuivie par les questions et appréciations du public qui n’a d’ailleurs pas manqué de féliciter les orateurs pour la qualité des interventions.

Une ambiance festive marquée par des ventes de mets traditionnels burkinabé, une tombola et des dons ont mis fin à cette célébration. L’ensemble des recettes sera reversé par les femmes burkinabé aux orphelins de Home Kizito. En plus de ces mets traditionnels, on a pu assister à des animations musicales d’artistes modernes et traditionnels Burkinabé. Les femmes accompagnées de quelques hommes ont dansé au rythme et sons du balafon de Moussa HEMA. Adèle ROUMBA  et Amity Méria ont pu apporter leur touche finale pour soutenir leurs consœurs dans leur initiative.

 HDLC

Correspondant B24 Paris



Hubert DeLorenzo COMPAORE

Correspondant de Burkina 24 en France

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *