Soumane Touré et le plan B de Blaise Compaoré

720 0

Dans la matinée de ce vendredi 30 mars 2012, le Parti de l’indépendance, du travail et de la justice (PITJ) de Soumane Touré a organisé sa rentrée politique. Occasion pour lui de revenir sur l’affaire  PAI, de se remémorer Amirou Thiombiano, le fondateur du PAI, et de parler des derniers évènements politiques au Faso. Pour Soumane Touré, le Ve congrès du CDP cache un plan  B de Blaise Compaoré.

Soumane Touré Ph: lepays.bf

« Blaise Compaoré avait un plan A, c’était la modification de l’article 37. Maintenant que le peuple et la communauté internationale ont dit non, il prépare un plan B ». C’est l’une des phrases du long discours introductif de Soumane Touré lors de la rentrée politique du PITJ. Pour lui, ce plan B s’annonce d’abord par ce projet de modification de l’article 81 de la Constitution afin de prolonger le mandat des députés dans le cadre des élections couplées.

« Qu’est-ce qui empêchera François Compaoré d’être élu président de l’Assemblée nationale ? »

« Si on laisse modifier cet article, ce sera un précédent, on va donner une jurisprudence à Blaise Compaoré qui va demander aussi un prolongement de deux ou trois ans de son mandat pour terminer ses chantiers », tel est sa conviction. Sa conviction est également que cette prolongation vise à repousser la date des élections afin de permettre à la nouvelle équipe dirigeante du CDP de reprendre la main du parti. Il appelle donc à la vigilance pour que les élections couplées se tiennent effectivement le 2 décembre 2012 tel que l’a proposé la CENI. Le second volet de ce plan B est l’entrée de la FEDAP/BC dans le CDP, et par ricochet, l’entrée de François Compaoré dans l’équipe dirigeante du parti.

« Qu’est-ce qui peut empêcher François Compaoré d’être député à Ziniaré ? Et si le CDP est majoritaire aux élections couplées, qu’est-ce qui empêchera François Compaoré d’être élu président de l’Assemblée nationale ? » Succession de questions de Soumane Touré qui est pleine de sous-entendus.

 « Mais le PAI est donc mort, vive le PITJ ! »

Même si l’affaire PAI semble enterrée, Soumane Touré ne s’est pas empêché de revenir longuement sur sa genèse et sur ce qu’il considère comme l’aboutissement de la volonté de Philippe Ouédraogo et du régime actuel de « liquider le PAI ». « Mais le PAI est donc mort, vive le PITJ ! » Cette rentrée politique a également été l’occasion pour Soumane Touré de rendre hommage à Adjima Thiombiano, fondateur du PAI, premier directeur général des douanes. « Un homme intègre et patriote et c’est après sa mort que nous avons construit sa maison », a dit Soumane Touré, en comparaison à l’affaire Guiro.

En rappel, cette affaire PAI a opposé Soumane Touré et Philippe Ouédroaogo pendant près d’une décennie et a abouti à la délivrance du récépissé du parti le 23 juin 2011 à Philippe Ouédraogo.



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Il y a 1 commentaire

  1. il faut op?rer un rectificatif sur une erreur grossi?re: le fondateur du PAI, c’est plutot Amirou THIOMBIANO et non Adjima THIOMBIANO

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *