Blaise COMPAORE s’entretient avec une délégation de la junte au pouvoir au Mali

404 0

Le Président du Faso, Blaise COMPAORE, en sa qualité de médiateur dans la crise politico- militaire au Mali, a reçu le 31 mars 2012, une délégation du Comité national de Redressement pour la Démocratie et la Restauration de l’Etat (CNRDRE), conduite par le Colonel Moussa Sinko COULIBALY. 

Pendant près de deux heures, le Président Blaise COMPAORE qui avait à ses côtés le Ministre des Affaires étrangères et de la coopération régionale Djibrill BASSOLE, le Ministre délégué chargé de la Coopération régionale Vincent ZAKANE et le chef d’état-major particulier de la Présidence du Faso, le Général Gilbert DIENDERE, a échangé avec les membres de la junte au pouvoir au Mali pour trouver des solutions à la crise institutionnelle intervenue dans ce pays depuis le coup d’Etat du 22 mars 2012.

Selon le ministre Djibrill BASSOLE, ces échanges vont dans le sens de la « recherche des voies et moyens qui permettent au Mali de renouer avec la normalité constitutionnelle et d’œuvrer à une sortie de crise ».

Pour Djibrill BASSOLE, il n’y a pas de doute, la guerre au Nord du Mali a été à « l’origine de cette instabilité institutionnelle ; de ce fait, un certain nombre de dispositions vont être envisagées de manière à ce que le Mali puisse préserver son intégrité territoriale et lutter efficacement contre toutes les tentatives qui sont faites pour briser cette intégrité ». C’est dans ce sens, a-t-il fait savoir qu’il se rendra ce samedi 31 mars 2012 auprès du chef de la junte, le Capitaine Amadou SANOGO pour lui porter un certain nombre de messages du Président du Faso qui « visent à la recherche de la paix et de la stabilité du Mali ».

Djibrill BASSOLE pense que malgré l’ultimatum et la menace de sanctions de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), il faut « aller dans le sens du dialogue constructif qui permet de trouver des solutions durables et applicables et de la recherche d’un arrêt des hostilités dans le Nord ». Les discussions de Ouagadougou vont dans le sens de « solutions qui apaisent le climat social, qui fédèrent les Maliens et qui permettent d’adopter des institutions stables », a-t-il fait savoir.

Le chef de la délégation de la junte, le Colonel Moussa Sinko COULIBALY a qualité la rencontre de Ouagadougou « d’échanges fructueux et constructifs qui permettent d’aller à un ordre constitutionnel dans un délai assez rapide ». La junte est « partisane des propositions du Médiateur Blaise COMPAORE et se propose de les affiner à Bamako afin d’arriver à une solution institutionnelle acceptable par la CEDEAO, par la communauté internationale et par les Maliens », a-t-il déclaré.

Selon le Colonel COULIBALY, il faut arriver à un consensus qui permettra de « remettre les institutions de l’Etat dans une norme constitutionnelle acceptable par tout le monde ».

Le CNRDRE a réaffirmé sa volonté de ne pas confisquer le pouvoir politique par ce coup d’Etat : « Nous ne sommes pas là pour confisquer le pouvoir. Nous ne sommes pas là pour mettre fin au processus démocratique. Si dès demain nous avons une solution, le Comité va disparaître… », a rassuré le Colonel Moussa Sinko COULIBALY.

Direction de la Communication de la Présidence du Faso



Dieudonné LANKOANDE

M. Lankoandé est passionné de web2.0 et de stratégies marketing (Marketing/web & Community Management) propre au secteur on line, domaine dans lequel il a plusieurs années d’expériences.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *