Augmentation des prix des hydrocarbures au Burkina: la LCB exige un audit de la SONABHY

Les populations ont constaté avec amertume et désolation, que l’annonce faite par Son Excellence Monsieur le Premier Ministre lors de son discours sur la situation de la Nation le 29 mars 2012, sur l’augmentation des prix des hydrocarbures est une réalité depuis le 2 avril 2012. Ainsi, le prix du litre du Super 91, du Gasoil, et du pétrole ont connu une augmentation d’au moins  50 FCFA. L’on pourrait simplement se demander pourquoi choisir cette période pour procéder à l’augmentation des prix des hydrocarbures. Est-ce pour financer la crise alimentaire ? Ou les élections couplées ? Pourtant, à en croire Son Excellence Monsieur le Premier ministre, le Burkina Faso a fait des prouesses en matière de reformes économiques qui lui ont permis de consolider les fondamentaux de sa politique économique. Toutes choses qui lui ont permis de régler la facture de la crise militaro-sociale, et de procéder à une redistribution des fruits de la croissance sous forme d’augmentation de salaire et d’allocation d’indemnités. Alors, veut-il nous dire que les fondamentaux ne sont réellement pas au beau fixe comme il l’insinue à travers ce message fort de hausse des prix des hydrocarbures ?

Certes, la crise militaro-sociale semble derrière nous aujourd’hui, mais en face, nous avons la crise alimentaire et la cherté de la vie qui sont toutes aussi éprouvantes pour les populations des villes et des campagnes.

Pour la Ligue des Consommateurs, dans  le contexte de crise alimentaire que nous vivons, cette augmentation du prix des hydrocarbures va exacerber la question de la vie chère pour les populations durement éprouvées par le non-respect des mesures de réduction de prix sur les produits de grande consommation initiée par le ministère de l’industrie du commerce et de l’artisanat.

La Ligue des Consommateurs du Burkina (LCB) constate avec regret que le cadre de concertation tripartite issu des négociations  créé suite aux évènements contre la vie chère des mois de Mars- Avril 2011 n’a pas pu poursuivre les négociations concernant les autres produits de grandes consommation tels que le carburant, l’électricité, l’eau, le loyer, etc.

Cette hausse unilatérale inquiète les consommateurs à plus d’un titre, quant à l’efficacité à long terme de certaines mesures gouvernementales contre la cherté de la vie. Car, il ne s’agit pas de donner de la main droite pour récupérer de la main gauche.

De plus, la LCB estime que pour un produit de grande consommation et de première nécessité comme les hydrocarbures, une augmentation de 50 F par litre est très élevée. C’est également l’occasion pour la LCB de dénoncer tout le mystère entretenu autour de la structuration du prix des hydrocarbures et surtout la non représentation des consommateurs au sein du comité interministériel de détermination des prix de liquide.

En tout état de cause, la LCB est convaincue que l’augmentation du prix du carburant n’est pas la meilleure solution aux pertes subies par la SONABHY, contre le trafic du carburant vers les pays voisins encore moins pour faire face à la volatilité du prix du baril du pétrole au niveau international. Ainsi, la LCB propose les solutions suivantes :

  • La suspension de la mesure d’augmentation des prix du carburant à la pompe;
  • Un audit du fonctionnement et de gestion de la SONABHY, afin de prendre des mesures courageuses, pour assainir ce secteur. Au besoin, restructurer cette société sous forme d’une centrale à l’image de la CAMEG ;
  • Un assainissement du sous secteur économique des hydrocarbures et mieux organiser les acteurs intervenant dans le domaine afin de régler les conflits d’intérêt;
  • Une réduction des nombreuses taxes sur ce produit dit stratégique et sensible dans un souci de préserver la paix et le climat social ;
  • Un remboursement des subventions et autres sommes perçues l’an dernier par les commerçants, qui n’ont pas été répercutées sur le prix des produits. Rappelons que c’est l’argent du contribuable et que le gouvernement doit rendre compte de sa gestion;
  • La recherche des solutions pour supporter la fluctuation du prix du baril par un mécanisme qui permettra d’obtenir des revenus issus des ressources nouvelles telles l’or, le manganèse etc.
  • La tenue dans  les meilleurs  délais  d’une session extraordinaire du Cadre de concertation tripartite afin d’examiner la question du carburant.

Nous osons seulement espérer que l’augmentation des prix des hydrocarbures n’a pas été dictée par le FMI qui a vite fait de saluer cette mesure à travers sa représentation au Burkina. Elle qui est loin des réalités sociales burkinabè.

LCB, consommons encore mieux !!!

Pour la Ligue des Consommateurs du Burkina

Le Président,

Pierre NACOULMA



Dieudonné LANKOANDE

M. Lankoandé est passionné de web2.0 et de stratégies marketing (Marketing/web & Community Management) propre au secteur on line, domaine dans lequel il a plusieurs années d’expériences.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page