SEM Joseph PARE en visite à la Maison du Burkina Faso à Paris

469 0

Maison du Burkina Faso à ParisC’est au numéro 12 de la rue Fessart dans le 19ème arrondissement de Paris que se trouve ce qui est une fierté pour les Burkinabé vivant en France. Cette bâtisse forçant le respect des étudiants Burkinabé vivant dans d’autres contrées hors de la terre natale n’est autre que « La maison du Burkina Faso». Elle regroupe les étudiants (boursiers et non boursiers) et stagiaires Burkinabé vivant à Paris et est gérée par la Direction de Gestion des Etudiants (CGE) de l’ambassade du Burkina à Paris. C’est pour discuter avec ses hôtes que l’ambassadeur PARE Joseph a tenu a faire le déplacement le samedi 31 mars 2012 dernier.

C’est une très forte délégation de l’ambassade qui a effectué ce déplacement à « Fessart » (NDLR : non communément donné à la maison du Burkina). Tous les services étaient représentés par leur premier responsable preuve que la vie de cette maison concerne bien au plus haut point nos représentants en France.

Avant de commencer les débats à l’ordre du jour, SEM PARE et M. OUEDRAOGO Salifou le gérant de la maison ont tenu a rappeler qu’il s’agit de la 3eme visite de l’ambassadeur à Fessart depuis son arrivée en septembre, soulignant ainsi son attachement à cette Maison où lui-même à séjourné au début des années 80. Après ces interventions d’ouverture, la parole a été donnée aux résidants pour qu’ils s’expriment sur la vie de la maison. Ils ont eux même fait un diagnostique sans complaisance de la situation qui prévaut actuellement à « Fessart ».

Ainsi pour les points négatifs, tous ont souligné une sorte de léthargie qui gangrène le bien être de chacun des résidants. En effet, constat a été fait d’un désintérêt des résidants vis-à-vis des activités du comité de résidents. Certains ont même pointé du doigt le fait qu’il ne connaissait pas la composition de ce comité qui soit dit –en passant devrait être renouvelé conformément au règlement intérieur de la maison.

Les résidents ont ensuite remercié et félicité l’ambassade et la gestion de la maison car depuis quelques mois ils ont bien constaté que la maison était un vaste chantier. Ce chantier s’inscrivant dans l’amélioration de leur qualité de vie. Ils ont donc noté avec plaisir le renouvellement des sanitaires et douches de la  maison, la présence journalière d’une société qui s’occupe beaucoup mieux de la propreté des parties communes, de la réouverture de la cuisine (bien équipée) et afin de l’acquisition d’un matériel audiovisuel pour une salle télé et de l’équipement en wifi du bâtiment. L’ambassadeur a tenu à ce que les résidents sachent que ce qui est en train d’être fait est l’oeuvre du Président du Faso, qui avait reçu des doléances lors de sa dernière visite en France.

Les résidents ayant fait part de leurs doléances, la parole a ensuite été donnée à la délégation de l’ambassade. La directrice du CGE, Mme Thiombiano de même que l’ambassadeur PARE ont répondu aux différents points soulevés plus haut. Ils ont exhorté les résidents à effectuer le renouvellement de leurs structures et que chacun des résidents sache que l’animation de la vie de la Maison du Burkina est du ressort de tous et pas seulement des membres élus du comité. Ils ont assuré tout le soutien de l’ambassade pour la réalisation d’un plan d’activités qui leur sera présenté par le comité. Madame Thiombiano a également remercié les résidents pour leur mobilisation lors de la Journée de la Femme, organisée en différée le 24 mars 2012 et pour l’enveloppe de participation qu’ils ont remis lors de la collecte au profit des enfants de Home Kisito.

Concernant les acquis constatés par les résidents, l’ambassadeur et le Gérant M. OUEDRAOGO ont demandé la participation de chacun pour entretenir le joyau au bénéfice des générations futures. Par ailleurs, ils ont profité pour rappeler aux résidents que seulement 5 sur les 34 résidants sont à jours des documents administratifs à remplir. En donnant un délai à tout un chacun pour se mettre à jour, l’ambassadeur a également rappelé à ses interlocuteurs l’obligation d’être à jour des loyers. Pour lui, c’est un devoir surtout pour qui connait le prix du loyer à Paris comparativement à celui pratiqué à Fessart.

Après 2h de débats, l’ambassadeur a levé la séance en rappelant les engagements pris par chacun pour une meilleure vie dans la Maisondu Burkina. Rendez-vous a été pris pour une prochaine visite dans les mois à venir. Il a ensuite visité quelques chambres dont celle où il a vécu durant son passage à Fessart.

 

HDLC

Correspondant B24 Paris

 

Hubert DeLorenzo COMPAORE

Correspondant de Burkina 24 en France

Il y a 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre