Situation au Mali Déclaration du mouvement des jeunes de l’union nationale pour la démocratie et le développement (Mj/undd)

204 0

A travers la déclaration qui suit, le mouvement de la jeunesse de l’Union nationale pour la démocratie et le développement (UNDD) porte sa main à la pâte de la crise malienne. Il décortique la crise et fait ses propositions. Bonne lecture.

Carte du Mali. En jaune, la zone occupée par les Touaregs. Image. afriscoop

La situation qui prévaut au Mali soulève une fois de plus la question de la lancinante rupture qui existe entre le syndicat des chefs d’états et leur peuple. Un pays frère qui connait des problèmes graves de cohésion nationale se voit renvoyé a se débrouiller quand la solidarité active africaine devait sans marchandages ni délais lui profiter. Ça devient banal sur le continent !

Le mj/undd condamne cette vacance, cette désertion des dirigeants africains devant un défis collectif en ce qu’il porte au de la du Mali un grand coup, a la dignité comme a la sécurité régionale et continentale.
L’azawad dont l’indépendance vient d’être proclamée recouvre un territoire dont la continuité s’étend à de nombreux pays. Le mali bien sur, mais aussi le Niger, le Burkina Faso, la Libye et l’Algérie. C’est souligner les risques d’assister a un effet domino. Éclatés entre plusieurs états par le fait du colonisateur les touaregs grâce a la conscience d’avoir partagé les mêmes espérances, les mêmes épreuves ont développé un vouloir vivre collectif transfrontalière. Ce sentiment d’appartenance nationale vécu par de a les contingences historiques a été entretenu par une écriture une langue partagée.
Nous sommes donc dans un contexte tout a fait différend de l’Erythrée et du sud Soudan. L’indépendance dans ces cas était le moindre mal. Avec la proclamation de celle du nord Mali c’est autre chose. C’est la solution du pire car a potentialité déstabilisatrice démultipliée.
C’est pourquoi nous regrettons les tergiversations de la cedeao, de l’UA de la France…. L’inversion des priorités qui a conduit a privilégier le rétablissement de l’ordre constitutionnel , les élections , jusqu’a mettre la pays sous embargo négligeant de porter secours a la maison Mali menacée dans son intégrité ..Nous en appelons à une intervention africaine énergique selon le sacro saint principe du respect des frontières héritées de la colonisation.
Le mj/ undd tout en soutenant la désignation d’un facilitateur, exhorte ce dernier a effectivement obtenir de la cedeao la levée de l’embargo inhumain pour le peuple malien et a trouver dans le mécanisme qui prépare le retour a la légalité démocratique un rôle qui permette au nom de l’armée, a la junte et particulièrement au capitaine haya amadou sanogo de participer a la reconquête des territoires perdus. .le rôle joué au nom de la France libre par le général de Gaule aux cotés des forces alliées pendant la seconde guerre mondiale peut trouver ici une certaine imitation. Cela serait réhabilitant pour l’armée et revigorant pour le patriotisme malien. Nous croyons en la force du dialogue. Notre conviction , est donc que si la facilitation du président du Faso doit conduire a investiguer des domaines nouveaux et audacieux de sortie de crise comme la fédération ou la confédération, jamais cependant dans ce dialogue inclusif il ne doit être préalablement exclus de recourir a la force (,au cas ou la déraison l’emporterait ) pour garder au mali son intégrité territoriale.

Pour le mj/ undd
Le président Aziz sirima

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre