Burkina Faso : « qui veut être entraineur des cadets, juniors ou espoirs ? »

558 0

La nouvelle fédération burkinabè de football (FBF) conduite par le colonel Sita Sangaré, souhaite confier la destinée des équipes de petites catégories aux entraineurs locaux. Pour cela, un appel à candidature a été lancé.  Le choix des nouveaux entraineurs doit se faire avec rigueur.

Qui seront les entraineurs des équipes U-17, U20 et U23 du Burkina ? Pour répondre à cette question, la fédération burkinabè de football (FBF) aurait lancé un appel à candidature pour ces différents postes. L’instance dirigeante du football burkinabè a décidé de confier les petites catégories aux entraineurs locaux burkinabè répondant ainsi à l’attente d’une frange de la population. Pour les Burkinabè, les entraineurs locaux connaissent mieux l’environnement du football burkinabè, la mentalité des jeunes et sont mieux placés pour leur parler etc. Mais sur quels critères ces entraineurs locaux seront-ils désignés ? Quelques entraineurs ont déjà fait leur preuve au plan local comme feu Jacques Yaméogo, Pihouri Webonga, Séraphin Dargani (en tant que adjoint ou entraineur principal), ou encore Brama Traoré. D’autres ont fait leur preuve mais seulement dans la formation des jeunes.  Le fait est que jusqu’à présent, il n’y a pas un véritable championnat de petites catégories au Burkina Faso. Ce qui aurait permis aux entraineurs locaux de s’affronter et de se faire la concurrence. Ceux qui ont déjà fait leur preuve avec les cadets et les juniors ont désormais besoin de promotion et laisser la place à d’autres compétences.

Les cadets, ont déjà fait leur preuve sur le plan continental et même international. Les Étalons cadets sont champions d’Afrique en titre avec un entraineur étranger notamment, le portugais Rui Viera. Pour cette catégorie, les Burkinabè seront exigeants après le sacre de Kigali (Can cadette Rwanda 2011). Il ne s’agit plus de participer à la CAN U-17, mais de remporter le trophée ou au pire des cas, participer à la Coupe du monde.

Pour la sélection junior, celle-ci a souvent eu du mal à se qualifier pour les phases finales malgré une participation à la Coupe du monde aux Émirats Arabes Unis en 2002 et la dernière participation à la CAN en 2009 au Congo. Les Burkinabè voudront bien goutter aux délices d’une participation fréquente à cette dernière compétition surtout qu’elle est porte d’ouverture vers le monde du professionnel. C’est lors de la CAN junior au Congo que Bakari Koné avait été repéré par Guingamp… Lire la suite sur Burkina 24 Sports



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *