Mali : le dialogue entre les forces vives et l’ancienne junte a commencé à Ouagadougou

186 0

La classe politique malienne et l’ancienne junte se sont retrouvées ce samedi 14 avril à Ouagadougou autour du médiateur Blaise Compaoré pour discuter de la sortie de crise au Mali. Les débats viennent de commencer.

En ce moment à la salle de conférences de  Ouaga 2000 à Ouagadougou, Blaise Compaoré est en train de discuter avec la délégation de la classe politique malienne et celle de l’ancienne junte, près de 80 personnes,  pour la « recherche d’une solution durable » à la crise malienne. Blaise Compaoré, dans son allocution  d’ouverture a indiqué que la réunion de ce jour, qui se poursuivra jusqu’à la fin de la journée, portera sur deux sujets : le parachèvement de la mise en œuvre de l’accord-cadre signé le 6 avril 2012 par la junte militaire et l’élaboration d’une approche de sortie de crise au nord Mali.

En termes clairs donc, cette réunion devra préciser les contours de la transition, notamment désigner le nom du Premier ministre, l’étendue de ses pouvoirs dans la conduite de la transition, quel sera le rôle du président intérimaire, désigner les membres du gouvernement de transition et l’élaboration d’un  calendrier devant aboutir à l’organisation  d’élections présidentielles.

Le respect de l’accord-cadre, une nécessité impérieuse

Sera également au menu l’ébauche de la conduite à  adopter face à la rébellion au nord du Mali. Blaise Compaoré a indiqué que les débats ne doivent être tournés que vers une seule destination : le Mali. Pour cela, il estimé que le respect strict de l’accord-cadre du 6 avril était « une nécessité impérieuse ». Les échanges sont prévus pour durer pour toute la journée et devront aboutir à une déclaration.

Pour le reste,  le médiateur a félicité et assuré de son soutien le président intérimaire, Dioucounda Traoré. Il a également adressé une pensée aux victimes de l’ensemble de crise qui a éclaté au Mali et exprimé le soutien du président Alassane Dramane Ouattara. Il a enfin solennellement appelé le peuple malien dans toutes ses composantes à soutenir et à s’investir aux côtés des autorités de transition pour, a-t-il dit, « la restauration de la paix » et « la préservation de l’intégrité territoriale ».


Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Il y a 1 commentaire

  1. que le gouvernement malien et la junte arr?te leurs enfantyage!si les rebelles contunaient ? avanc? pensez vous qu’il n’avait pas pri tout le mali a leur actuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre