France-Burkina : L’Ambassadeur Joseph Paré à la rencontre des compatriotes et des partenaires au développement à Marseille et à Lyon

444 0

Les 6 et 7 avril 2012, l’ambassadeur Joseph PARE est allé à la rencontre des compatriotes et des amis du Burkina Faso à Marseille et à Lyon. Avec les partenaires de ces deux villes, il a eu des séances de travail qui lui ont permis d’écouter, de recueillir des points de vues et des propositions ; il a en retour donné des informations judicieuses à même de mieux recadrer les voies pour une coopération décentralisée plus dynamique. En effet, plusieurs associations et ONG de ces deux localités entretiennent des relations de coopération avec des villes et villages du Burkina Faso.

Le séjour de l’ambassadeur Joseph PARE dans le sud-est de la France a commencé par la rencontre avec des responsables d’associations et d’ONG de la région marseillaise. Au cours de cette rencontre, il a tout d’abord salué et loué la forte mobilisation de ces partenaires qui consentent beaucoup de sacrifices tant matériel que financier pour le développement du Burkina Faso. Il a pour ce faire, traduit toute la reconnaissance du gouvernement et du peuple du burkinabè pour les différentes actions qu’ils mènent dans le cadre de la lutte contre la pauvreté et pour le développement du Burkina. « S’il est indéniable que depuis un certain temps, on constate une amélioration des conditions de vie des populations à la base, il est aussi vrai que les différentes ONG et associations y sont pour une large part », reconnaitra entre autres l’ambassadeur PARE.

La Stratégie de Croissance Accélérée et de Développement Durable (SCADD), dont la conférence internationale pour le financement s’est tenue à Paris du 1er au 3 février 2012 a été largement expliquée aux responsables d’associations et ONG. Adoptée en décembre 2010 pour la période 2011/2015, la SCADD est le référentiel de base pour un réel développement du Burkina Faso ; elle vient renforcer les acquis du Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté (CSLP) dont la mise en œuvre a couvert la période de 2000 à 2009.

Les débats avec ces représentants d’associations et d’ONG ont porté également sur les coûts des visas et l’acheminement des dons à caractère humanitaire et leur dédouanement au Burkina Faso. Les partenaires souhaiteraient aussi bénéficier de conditions spéciales, toute chose qui leur permettrait de réduire les frais de leurs interventions. A ce sujet, les ONG et associations ont été invitées à se constituer en réseaux afin de mieux renforcer leur capacité d’intervention et de négociation.

La question sécuritaire suite à la situation au Mali s’est également invitée dans les débats. Sur ce sujet, l’ambassadeur PARE a rassuré les participants au regard des mesures sécuritaires prises par le gouvernement. Les participants à la rencontre ont par ailleurs souhaité être informés régulièrement sur les activités et programmes nationaux de développement dans le but de mieux orienter sinon recadrer leurs différentes interventions.

Au cours de cet échange, monsieur Michel FRUCTUS, Consul honoraire du Burkina Faso à Marseille a informé les participants de la création de la Chambre de Commerce, d’industrie et d’artisanat franco burkinabè ; cette chambre de commerce ambitionne de créer et développer les relations bilatérales de travail entre entreprises françaises et burkinabè. S.E.M PARE s’est réjouit de cette heureuse initiative qui offre de bonnes opportunités aux hommes d’affaires des deux pays. Aussi, a-t-il félicité le consul honoraire, Michel FRUCTUS, pour son dynamisme et sa disponibilité depuis son installation officielle en décembre 2010 ; il l’a encouragé à poursuivre ses efforts.

A Marseille, S.E.M PARE a également eu des échanges avec une délégation des compatriotes de la région réunis au sein de l’Association Panafricaine Burkinabè et Assimilés de Marseille (APBAM) dont le président est monsieur Vincent KINDA. L’APBAM a été créée en 1967 et regroupe plus de 200 adhérents ; ses objectifs selon monsieur KINDA sont entre autres de promouvoir et favoriser la solidarité, l’entraide, la formation et l’information des membres de l’ensemble des structures panafricaines de la région sud-est. Une coopération décentralisée qui s’inscrit dans la durée

La coopération décentralisée dit-on, est une autre approche du développement local qui implique davantage les populations à la base et qui va au-delà des aides ponctuelles généreuses ; elle suppose l’établissement de partenariats mutuellement avantageux. Le plus souvent, elle est le fruit des amitiés et ou d’opportunités. Pour entre autre traduire la reconnaissance du Burkina tout en encourageant davantage ses acteurs que S.E.M Joseph PARE s’est rendu par la suite à Lyon où il a été reçu par le consul honoraire monsieur Jean-Paul GROLLEMUND et monsieur Hamidou OUEDRAOGO, président de l’Association des Burkinabè de Lyon (ABL).

Tout comme à Marseille, S.E.M Joseph PARE a eu des entretiens très bénéfiques avec des acteurs de la coopération décentralisée au nombre desquels monsieur Louis-Edouard POUGET de la communauté urbaine du Grand Lyon. Les entretiens ont porté sur le bon dynamisme de la coopération décentralisée entre la région Rhône-Alpes et le Burkina Faso. En effet, la région Rhône-Alpes, enregistre le plus grand nombre de partenariats avec des communes du Burkina et les plus importants sont les jumelages Lyon-Ouagadougou et Rhône-Alpes avec la région des Hauts Bassins. Plus de deux milliards de F.CFA sont investis annuellement dans des actions de développement au Burkina Faso.

Au cours de ce séjour à Lyon, l’ambassadeur PARE a été reçu par monsieur Charles BRECHARD, Vice président du conseil général du Rhône et monsieur Damien CORBEAUX, président de l’association Faso Feu. Les entretiens ont porté sur la qualité des relations de coopération entre le Burkina et le département du Rhône dont le président du Conseil général est monsieur Michel MERCIER, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et des Libertés. L’association Faso Feu soutient pour sa part la Brigade Nationale des Sapeurs Pompiers en matériels techniques spécifiques et dans la formation du personnel. Le département du Rhône dont le chef lieu est Lyon a une superficie de 3250 Km2 pour une population de 1.708.000 habitants ; il compte 54 cantons et 293 communes.

S.E.M PARE s’est entretenu aussi avec deux membres de l’Association A Plus, madame Bernadette DOCLOT, présidente et monsieur Michel TRACLET, trésorier. Créée en 1991, cette association intervient particulièrement à l’ouest du Burkina, dans les villages de Sidi et Kourinion. L’Association A Plus soutient des projets de développement dans les domaines de la santé, de l’éducation et de la qualité de vie.

Conseils et respect des lois du pays d’accueil

Dans l’après midi du samedi 7 avril, S.E.M PARE s’est entretenu avec la communauté burkinabè de Lyon regroupés au sein de l’Association des Burkinabè de Lyon (ABL). Venus de plusieurs localités, près d’une centaine de compatriotes et d’amis français ont effectué le déplacement en cette veille de la fête pascale.

Prenant la parole au cours de la rencontre, S.E.M PARE a tout d’abord remercié et félicité les burkinabè de Lyon pour leur mobilisation et leur organisation. Il les a ensuite appelés à renforcer davantage leur association et à resserrer les liens d’amitié, de fraternité et de solidarité entre eux. S.E.M PARE a par ailleurs évoqué les questions d’actualité nationale, notamment les Assises nationales sur les réformes politiques, tenues du 7 au 9 décembre 2011, la crise céréalière, la conférence internationale de financement de la Stratégie de Croissance Accélérée et de Développement Durable (SCADD) qui s’est tenue à Paris du 1er au 3 février 2012. Il a en outre sollicité la contribution des compatriotes à l’extérieur à l’essor de construction nationale.

A cette rencontre, le cas des sans papiers burkinabè en France s’est également invité dans les débats avec les compatriotes de Lyon de même que le problème des visas surtout pour les étudiants qui souhaitent poursuivre leurs études en France. Dans le domaine de l’enseignement supérieur on a noté avec satisfaction le bon potentiel de burkinabè spécialisés qui pourraient apporter leur expertise au développement de l’enseignement dans les universités au Burkina Faso. En rapport avec ce point, l’ambassadeur a rappelé l’esprit d’une de ses notes de service par laquelle il invite les burkinabè qui souhaiteraient mettre leurs compétences au service de la patrie dans divers domaines à télécharger et remplir une fiche élaborée à cet effet.

La sortie de l’ambassadeur Joseph PARE à Marseille et à Lyon a été un réel succès ; outre le contact direct noué avec les compatriotes et partenaires des deux régions, elle a permis de recueillir plusieurs suggestions et propositions à même de contribuer au renforcement de la coopération entre le Burkina et les régions françaises. A Marseille tout comme à Lyon, S.E.M PARE a prodigué des conseils aux compatriotes venus à sa rencontre et insisté sur la nécessité du respect des lois du pays d’accueil.

Service Presse 
Ambassade Burkina Faso / France

Dieudonné LANKOANDE

M. Lankoandé est passionné de web2.0 et de stratégies marketing (Marketing/web & Community Management) propre au secteur on line, domaine dans lequel il a plusieurs années d’expériences.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *