Négociations syndicats – patronat : les travailleurs du privé obtiennent une hausse de salaire de 4%

137 4
Les deux parties au cours de la signature du protocole d'accord.

Les centrales syndicales, ont obtenu une augmentation de salaire de 4% pour les travailleurs du privé suite aux négociations salariales entamées avec le Conseil National du Patronat Burkinabè.

Le dialogue social entre les centrales syndicales et le patronat s’est tenu courant février – mars 2012 dans la perspective de prendre en compte les préoccupations des travailleurs du secteur privé en matière salariale, ce après l’augmentation de l’année 2008.

Les concertations ont donné l’occasion à toutes les parties (Syndicats et Patronat) d’affiner leurs positions, faire des concessions et aboutir à des  compromis dans l’intérêt essentiel des employés et employeurs.

C’est ainsi qu’un consensus a été trouvé et a porté à la position médiane de 4% l’augmentation de salaire au profit des travailleurs du secteur privé, gros pourvoyeurs  d’emplois aux Burkinabè aux côtés de l’Etat qui ne parvient pas à absorber l’offre national.

Cet acquis issu des concertations n’est qu’un début car  il ouvre la voie à d’autres possibilités d’augmentation de salaire à la lumière des indicateurs de politique salariale. Et la Commission mixte paritaire de négociation salariale du secteur privé se réunira en mars 2013 pour examiner celles-ci.

Elles ont également abouti à la signature d’un protocole le mercredi 11 avril 2012 entre les centrales syndicales et le patronat. Ce protocole devrait contribuer à l’instauration d’un climat social serein au Burkina Faso.

Les membres de la commission ont en outre recommandé le règlement diligent des créances des entreprises détenues par l’Etat et ses démembrements, le dédommagement effectif de toutes les entreprises victimes des casses et pillages du 1er trimestre 2011.

Concernant les points de divergence relative, d’une part aux exceptions liées au champ d’application de l’augmentation, et d’autre part  à la fixation d’un taux minimal de 2% pour les négociations de 2013, la commission de négociation s’en remettra aux responsables des syndicats et du patronat.

Tout porte à croire qu’un terrain d’entente sera vite trouvé au regard de esprit de dialogue qui animent les uns et les autres dans le débat social.

 

 

source:www.patronat.bf

Il y a 4 commentaires

  1. Et dans tout ?a, que deviennent les travailleurs des ONG surtout internationales! Il faut que l’Etat ouvre grandement l’oeil. Sachez que dans certaines ONG install?es au BF, le salaire mensuel d’un expatri? (qui n’a parfois pas la comp?tence d’un travailleur local, car ils viennent d’ailleurs se former ici) d?passe l’ensemble des salaires mensuels cumul?s de 10 ou 20 employ?s locaux.

    Faisons comme au Mozambique, que ces ONG nous d?montrent qu’un local n’a pas la comp?tence ou la qualification pour occuper le poste ces “blancs d’autre race” viennent occuper ici.

    Faites un sondage (je le demande ? Burkina 24) dans les ONG et recueillez las avis des travailleurs, vous saurez sont l? pour pure escroquerie

  2. Il y a des structure priv?s qui fonctionent sur des budgets donc ces augmentations n’auront aucun effet sur les salaires. Ce qu’il faut c’est la diminution des couts des produits. ainsi, pas seulement les salari?s qui vont profiter mais l’ensemble de la population.

  3. c’est bien mais c’est pas arriv?, 4% ne pourront certainement pas combler la hausse du prix du carburant alors c’est bien mais c’est pas arriv?, et au fait ? quand l’effet effectif de cette augmentation?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre