Croissance économique : l’Afrique connaîtra une accélération au cours de 2012, selon la Banque mondiale

Carte du continent africain

Le continent africain va connaître une accélération de la croissance économique malgré la volatilité de l’économie mondiale et les soubresauts sociaux et politiques que beaucoup de pays enregistrent en cette année 2012, selon le nouveau rapport de la Banque mondiale.

 «Étant donné les turbulences qui ont caractérisé l’économie mondiale ces cinq dernières années, bon nombre de personnes seraient plutôt d’avis que les perspectives pour l’Afrique sont vraiment mauvaises. Or, comme le montre ce numéro de Africa’s Pulse, les économies Africaines continuent de prouver leur résilience et certaines des économies à la croissance la plus rapide du monde se trouvent désormais en Afrique.

La question la plus urgente à l’ordre du jour demeure la poursuite des réformes macroéconomiques en parallèle avec l’accélération des réformes structurelles qui permettront d’avoir une croissance de bonne qualité, ce qui créera des emplois et augmentera les revenus sur le continent », a déclaré Obiageli Ezekwesili, vice-présidente de la Banque mondiale pour la région africaine.

Au cours de l’année 2011, les pays de la région Afrique (plus du tiers) ont atteint des taux de croissance d’au moins 6 %, alors que 40 % d’entre eux ont connu une croissance se situant entre 4 % et 6 % selon le rapport. Parmi les pays à la croissance rapide en 2011, des pays riches en ressources naturelles tels que le Ghana, le Mozambique, le Nigeria et l’Angola, ainsi que d’autres économies comme le Rwanda et l’Éthiopie, qui affichent tous des taux de croissance d’au moins 7 % pour la même année.

Même si la région demeure encore vulnérable surtout avec les sécheresses dans le Sahel et des subventions du carburant, les perspectives ne sont pas pour autant mauvaises pour l’économie du continent au regard de certains paramètres.

La crise de la dette en Europe et les politiques internes plus strictes dans certains grands pays en développement ont freiné les exportations des matières premières de l’Afrique en cours de l’année écoulée. Les pays exportateurs de métaux et de minéraux (la Zambie, le Niger et le Mozambique) et les exportateurs de coton (le Bénin et le Burkina Faso) ont été parmi les plus durement touchés au cours de la période de trois mois prenant fin en novembre 2011.

Étant donné le récent raffermissement des prix de matières premières en 2012, il est par ailleurs possible que la valeur des exportations des pays exportateurs de produits agricoles et de métaux et minéraux ait déjà commencé à remonter, ce qui milite en faveur de la croissance économique.

L’Afrique est de plus en plus reconnue comme une destination de choix pour investir, notamment par les investisseurs en actions privés. Ces investissements étrangers directs dans la région ont été favorisés par une concurrence accrue pour les ressources naturelles au niveau mondial, une hausse des prix des matières premières dont regorge le continent, une croissance économique robuste sur le continent.

D’une manière générale, l’année 2011 a été assez sévère du point de vue remous sociaux et politiques et du point de vue agricole ; la perspective et l’espoir que cette année retrouverait de bonnes marques dans le continent sont envisageables.



Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page