Programme national de biodigesteurs : La famille Nabaloum démontre l’utilisation du biogaz à Chantal Compaoré

692 0
Xavier Bamabara expliquant le fonctionnement du dispositif à Chantal Compaoré

 Le jeudi 19 avril dernier, la première dame Chantal Compaoré a tenu à montrer son intérêt pour le Programme national de biodigesteurs (PNB) à l’occasion d’une visite à des foyers qui ont été dotés de cette technologie énergétique. Etait à l’honneur, la famille Nabaloum à Kienfangué dans la commune rurale de Komsilga, qui a accueilli l’épouse du chef de l’Etat et les ministres qui l’accompagnaient.

C’est une technologie édifiante qui a été présentée à la première dame chez les Nabaloum à Kienfangué. La visite guidée est partie du mode de construction, exposé par monsieur Xavier Bambara, coordonnateur du Programme national de biodigesteur, au foyer à gaz sur lequel Madame Nabaloum s’activait à préparer du tô.

Le dispositif biodigesteur est une nouvelle technologie construite sous terre à l’aide de matériaux locaux, consistant à utiliser les déchets organiques de bœufs et de porcs comme combustible sous forme de gaz. Depuis son lancement le 17 juin 2011, le PNB a installé 900 dispositifs dans 900 ménages burkinabè. Le biodisgesteur est à la portée de tout ménage, pourvu que celui-ci possède trois bœufs ou six porcs, un accès à l’eau, et qu’il puisse débourser la somme de 240 000 F CFA. Le ménage désireux de l’installer devra alors contacter la direction des ressources animales de sa localité pour les démarches à entreprendre. Il faut noter que le gouvernement burkinabè subventionne la réalisation de chaque installation à hauteur de 160 000 F,  pour un total de 400 000 F CFA l’installation.

Pour la maîtresse du foyer visité, cette nouvelle technologie a apporté un changement considérable dans le mode de vie de la famille. Elle lui permet de mieux et vite faire la cuisine, et pouvoir ensuite vaquer aux taches ménagères et champêtres. Finie la corvée bois de chaque matin et les fumées asphyxiantes. En plus elle a de la lumière à la tombée de la nuit et ses enfants peuvent réviser leurs leçons sans difficulté. Quant à Rasmané Nabaloum, l’avènement du biodigesteur est une épine en moins à son pied. Il a permis un certain épanouissement de sa famille grâce aux avantages qu’il offre. En plus de lui permettre d’économiser l’argent des piles ou du pétrole pour la lampe tempête, le biodigesteur fourni aussi de l’engrais organique pour les champs.

La première dame dans la cuisine de Mme Nabaloum

L’installation d’un total de 10 000 biodigesteurs est prévue d’ici à 2015. Le coordonateur Xavier Bambara compte ainsi sur la mobilisation des acteurs et des autorités pour atteindre cet objectif, et pour que les familles burkinabè puissent profiter des avantages et des bénéfices de cette technologie nouvelle.

Pour madame Chantal Compaoré, cette technologie est à promouvoir et des facilités doivent être trouvées pour doter tous les ménages des zones rurales de biodigesteurs, que ce soit à travers des crédits ou des prêts. De plus, cette technologie qui est très écologique permettra de réduire la coupe abusive de bois, de préserver davantage l’environnement et laissera aux femmes plus de temps pour des activités rémunératrices. Pour conclure,  la première dame a promis de faire  de la vulgarisation de cette technologie,  un combat pour l’épanouissement de la femme rurale.

 

Stella NANA

 



Article similaire

Il y a 1 commentaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *