La salade du lac Dem: une trouvaille, un défi

606 0

Les intoxications alimentaires provoquées par de la salade mal traitée sont légions à Ouagadougou. La salade que l’on achète « vite fait bien fait» dans un restaurant par terre ou celle achetée au marché et traitée par soi-même à domicile présentent très souvent les mêmes dangers pour la santé. D’aucuns affirment qu’une bonne partie de la laitue vendue à Ouagadougou proviendrait de la zone industrielle de Kossodo, où une certaine usine déverse des eaux usées que des producteurs utilisent sans vergogne. D’autres témoignent que les eaux usées de l’hôpital Yalgado serviraient aussi à arroser des potagers. Selon tous, la salade produite en ces endroits est malpropre à la consommation. Mais comment faire pour l’éviter ? Faire la différence entre une salade produite derrière Yalgado Ouédraogo et une produite à Loumbila ou Boulmiougou ? That’s question.


La solution est toute trouvée. La semaine dernière, présentation a été faite à travers les médias d’une salade qui rassurerait plus d’un. Il s’agit de la Salade du Lac Dem. Une salade produite autour du Lac Dem (située à quelques kilomètres de la ville de Kaya, dans le Sanmatenga) et qui a pour particularité d’être récoltée après 45 jours seulement. Une fois la récolte faite, cette laitue est convoyée via un fourgon frigorifique vers Ougadougou où elle est traitée et empaquetée puis conditionnées en chambres froides avant d’être distribuée.
Vous l’aurez compris, cette salade n’est pas accessible à tous. Elle sera uniquement revendue en grandes surfaces mais elle présentera tout de même un gage de sécurité alimentaire.
L’apparition de cette laitue sur le marché rappelle aussi la nécessité d’améliorer les prestations des vergers burkinabé et des revendeurs de fruits et légumes au Burkina Faso.
Si on trouve des gens qui désapprouvent l’idée de la Salade du Lac Dem sous le prétexte qu’elle nuira au commerce de nos bonnes vieilles vendeuses de salade dans les marchés, il y en a aussi qui pensent qu’elles méritent de se retrouver ruinées pour comprendre que les temps changent et que les habitudes commerciales doivent suivre les mêmes courbes surtout quand il s’agit de protéger la santé des consommateurs. Notons que selon ses promoteurs, la salade du Lac Dem est régulièrement contrôlée par les services du Laboratoire national de santé publique (LNSP).
Espérons que l’initiative portera ses fruits et suscitera un engouement général à conditionner dans les règles de l’art nos productions en fruits et légumes.

Il y a 1 commentaire

  1. Quand je vivais ? Ouaga, entre 1957 et 1963, nous devions laver tous les fruits et l?gumes au permenganate pour ?liminer les bact?ries et autres pollutions (et utiliser de l’eau filtr?e)… Doit-on comprendre qu’il n’y a toujours pas de station d’?puration ? Ouaga?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre