Mali : le CNRDRE « encourage » la CEDEAO à engager un dialogue avec les occupants du Nord-Mali

589 0

La délégation du CNRDRE (Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l’Etat) malien a conclu sa rencontre avec le médiateur Blaise Compaoré à Ouagadougou par un communiqué conjoint, ce vendredi 4 mai 2012. Elle y déclare notamment vouloir poursuivre le dialogue avec la CEDEAO,  respecter l’accord cadre du 6 avril 2012 et encourager la CEDEAO à engager  en compagnie du gouvernement de transition, un dialogue avec les mouvements armés qui occupent le Nord-Mali.

Le séjour de la délégation du CNRDRE à Ouagadougou a été conduite du 02 ’au 04 mai 2012. Aux dires de Djibril Bassolé, ministre burkinabè des Affaires étrangères, elle a eu plusieurs entretiens avec le médiateur Blaise Compaoré qui se sont soldés par un communiqué conjoint signé ce 04 mai 2012.

Dans ce communiqué, la délégation réitère sa volonté de continuer le dialogue  avec la CEDEAO, malgré les résultats du sommet extraordinaire de la CEDEAO du 26 avril et les affrontements du 30 avril au 1er mai 2012. La délégation déclare aussi respecter l’accord cadre du 06 avril 2012, « socle fondamental d’un partenariat constructif avec la CEDEAO ».

Chronogramme de la mise en oeuvre de l’accord cadre

Par rapport justement à cet accord, la délégation du CNRDRE a appelé à « sa mise en œuvre complète et diligente » et a souhaité l’adoption « dans les meilleurs délais »d’un chronogramme. Le Commandant Abdoulaye Makalou, chef de la délégation, et ses collaborateurs ont voulu aider à la tâche en proposant l’adoption de lois prévus par l’accord cadre, dont notamment la loi d’amnistie et la loi de création d’un comité militaire de suivi de la réforme des forces de défense et de sécurité. Elle a également proposé la détermination des acteurs de la transition et la définition de leurs champs de compétences.

Sur la présidence de transition, la délégation s’est dite disponible  à poursuivre le dialogue avec le médiateur afin de trouver le plus tôt possible “une solution définitive tenant compte de l’intérêt supérieur du Mali“. Quant à la période de transition, le médiateur Blaise Compaoré leur a rappelé que la CEDEAO a décidé qu’elle durera 12 mois. A cela, la délégation a “souligné la nécessité de tenir compte de la durée de la transition, du temps nécessaire à la restauration de l’intégrité territoriale et au parachèvement du processus électoral.

Concernant la situation au Nord Mali, la délégation « encourage la CEDEAO à engager avec le gouvernement de transition du Mali, un dialogue visant à favoriser la restauration de l’intégrité territoriale du Mali et le redéploiement de l’administration dans cette partie du pays ».

Par ailleurs, le médiateur et la délégation du CNRDRE ont uni leur voix pour lancer un appel à l’aide à la communauté internationale afin qu’elle prête main forte à cette sortie de crise.



Abdou ZOURE

Abdou Zouré est le rédacteur en chef de Burkina24.

Article similaire

Adieu, Zampa !

Posté par - 25 octobre 2020 0
Il était bien connu du milieu du football burkinabè pour sa passion pour le Rail Club du Kadiogo (RCK) et…

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *