Groupe de la Banque mondiale : Le vice-président pour le Développement du secteur financier au Burkina Faso

473 0

Le vice-président du Groupe de la Banque mondiale pour le Développement du secteur financier et privé, M. Janamitra Devan, entame aujourd’hui (9 mai 2012 ndlr) une visite de trois jours au Burkina  Faso, au cours de laquelle il rencontrera S.E. M. Blaise Compaoré, Président du Faso, et participera au Conseil Présidentiel pour l’Investissement. Il rencontrera en outre, M. Lucien Marie Noël Bembamba, Ministre de l’Economie et des Finances, ainsi que d’autres hauts fonctionnaires de l’Etat.

M. Devan participera également à un déjeuner organisé par la Chambre de Commerce et d’Industrie du Burkina Faso, afin d’échanger avec une représentation d’acteurs du secteur privé Burkinabé, ainsi qu’à une rencontre avec les bailleurs de fonds impliqués dans ce secteur. Il se rendra successivement à la Maison de l’Entreprise du Burkina Faso et à Bagrépôle, afin de visiter le projet Pôle de Croissance de Bagré.

L’objectif de la visite de M. Devan est de déterminer de quelles façons le Groupe de la Banque mondiale peut accroitre son soutien aux efforts du gouvernement du Burkina Faso en vue de favoriser la croissance du secteur privé du pays.  M. Devan présentera les activités du Groupe de la Banque mondiale en matière d’appui au secteur privé, et discutera avec le gouvernement de l’avancée de Bagrépôle et des voies et chemins pour accroitre le potentiel d’emplois autour, entre autres, du secteur minier.

Au cours des cinq dernières années, le gouvernement du Burkina Faso a fait beaucoup d’efforts pour faciliter la création et la croissance des entreprises. Les réformes poursuivies par le gouvernement – et appuyées par le programme du Groupe de la Banque mondiale pour le climat des affaires – ont directement contribué à :

–       8 millions de dollars investis par le secteur privé ;

–       2.7 millions de dollars d’économie pour le secteur privé grâce à la simplification des formalités ;

–       la formalisation de 1000 nouvelles entreprises.

Pour M. Devan, «l’appui au secteur privé au Burkina est d’autant plus important que la crise financière mondiale a mis en exergue le manque de diversité de l’économie du pays». Aussi, «afin de renforcer les fondamentaux de l’économie Burkinabé, le Groupe de la Banque mondiale compte consolider sa collaboration avec le gouvernement dans les domaines de la création d’entreprises, de la promotion des investissements et de la diversification vers des secteurs autres que les mines et le coton, et notamment l’agrobusiness».

Le Groupe de la Banque mondiale vise ainsi à assister le Burkina Faso dans la mise en œuvre de la Stratégie de Croissance Accélérée et de Développement Durable (SCADD) et l’atteinte d’une croissance à deux chiffres d’ici 2015. La stratégie du Groupe au Burkina Faso cherche également à améliorer l’offre et la demande en services sociaux efficaces et de qualité, en soutenant une gouvernance engagée et en prenant en compte les contraintes liées aux manques de capacités.

 

source:service communication de la Banque mondiale

La titraille est de la rédaction



Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *