Les croque-morts et les vendeurs de porc au four : Mêmes choses mais pas mêmes bévues !

731 0

La Morgue : hauts lieux de négligence et de business

© BURKINA24

La morgue de l’hôpital Yalgado, à l’image de l’hôpital lui-même, est en piteux état et ça c’est connu de tous (- exiguïté des lieux, odeurs répugnantes, exposition ex-nilo des corps, …). Mais plus grave, l’impératif de payer une certaine somme à la structure (10. 000 FCFA ou 7.500F CFA, c’est à la tête du client) pour que soit laver le corps de votre défunt parent. Au cas échéant vous êtes emmenés à le faire vous-même. Pendant ce temps, pour bénéficier de la chambre froide pour conserver les corps, une somme de dix mille (10.000)  francs CFA vous est réclamée quotidiennement. Les moins nantis voient les corps de leurs défunts exposés hors de la chambre froide, pire, à même le sol.

Point n’est besoin de dire par ces lignes qu’il est impératif de revoir le fonctionnement de la morgue pour le respect de nos morts ainsi que pour l’image de nos structures sanitaires.

Ces camions qui nous foutent la trouille

 

© BURKINA24

Certains camions de transport de bagages « foutent le dawa dans la cité ». Sans phares, des portières qui ne se referment pas, des carrosseries défoncées, souvent sans freinages efficients, avec des chauffeurs aux yeux rouges, eux-mêmes « défoncés ». Ils circulent à la hussarde, crient sur les usagers honnêtes ; s’imposent comme des hyènes dans la jungle. Il est totalement proscrit de s’arrêter à un feu tricolore quand vous les avez dans votre rétroviseur ; il est plus prudent de passer au plus vite avant qu’ils ne vous crient dessus : « frein ka bé yé !!! » (NDLR : Y a pas de freins !!!). Encore une fois, pas besoin de dire aux autorités de prendre ici leurs responsabilités.

La bière à 500F CFA nuirait à la bière

Selon plus d’un vendeur de « godés », la Brakina et la Sobbra, les aliments premiers des burkinabé, manquent de plus en plus dans les caves. Ces derniers accusent les maquis qui les vendent à 500 francs CFA l’unité et pour cause, les clients se rueraient sur l’élixir à bas prix. Ce qui pousse l’usine (BRAKINA) à surchauffer ses machines pour produire plus. Malgré tout, rien à faire : Y en a toujours pas assez pour les clients des maquis normaux qui vendent la Brakina comme la Sobbra à 600Francs au moins et à 700Francs au plus.

Et s’ils ramenaient tous la bière à 500Francs ? Question à deux bibines.

La route de Gando

Désolant, incompréhensible, Impraticable, route-foutaises, … ce sont les différents qualificatifs portés sur l’Avenue Kadiogo, plus communément connue sous l’appellation, « route de Gounghin », par ses usagers. En effet, depuis la fin des travaux entrepris par la Société SACBA TP de l’opératrice économique ALIZETA OUEDRAOGO dite « Alizet’gando », il y pleut sans cesse des accidents que plus d’un explique par la mauvaise structure de la route, la désynchronisation des feux tricolores, le non-respect de la piste cyclable par ses usagers normaux, l’absence de parking aux abords de l’avenue, …). Les riverains comme les usagers fustigent au quotidien cette situation et maudissent le jour où le marché de construction de cette voie a été accordé à « Gando ». Ils critiquent tout aussi les lampadaires et les feux « made in Doubaï » fixés par cette dernière.

Ils n’ont pas encore fini de se plaindre. Au Burkina Faso les choses se passent toujours ainsi : le chien aboie, la caravane passe !

Le porc au four ou la « solution finale »

Les burkinabé sont des mordus de porc au four. « Un morceau de porc accompagné d’une bière bien fraiche et la journée est gagnée », un refrain d’invétérés « godeurs ». Mais ! Ces morceaux bien chauds et gras cachent des pratiques cyniques : utilisation de mauvaises huiles (frelatées), de carbure (sans plus), d’eaux impropres, …. Mais, nos compatriotes étant des « s’en fout la mort », ils sont attachés à cette chair de l’omnivore cochon. Il serait temps que les autorités sanitaires jettent un coup d’œil sur ses vendeurs de mort. Au plus vite si ce n’est pas trop demandé.



Article similaire

Il y a 1 commentaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *