Elections couplées 2012 : le NDI initie la réflexion sur l’enrôlement des femmes

495 0

L’inscription des femmes sur les listes électorales en vue des élections couplées de 2012 était au cœur d’un atelier initié par le National Democratic Institute (NDI) à Ouagadougou ce mardi. Des représentants de partis politiques et de la société civile étaient invités à réfléchir sur les stratégies destinées à favoriser la participation des femmes au processus électoral, en facilitant leur enrôlement.

La faible inscription des femmes sur les listes électorales est un constat récurrent et se justifie le plus souvent par les difficultés qu’elles ont d’entrer en possession de pièces nécessaires pour se faire inscrire.  Cette situation est plus accentuée dans certaines régions du Burkina. Ce qui a poussé le NDI a choisir, dans sa campagne d’enrôlement, de cibler « cette majorité silencieuse », pour accompagner le gouvernement burkinabé dans le processus d’enrôlement qui visent environ huit millions d’ inscrits.

Il s’agit de prévenir la marginalisation politique des femmes, d’autant plus que les élections couplées de 2012 se présentent comme une opportunité pour elles, avec l’application de la loi sur le quota.  « Notre démocratie se voulant inclusive et participative, elle ne peut durablement ignorer les spécificités que présentent les femmes », a pour sa part soutenu Christian Bouda, conseiller technique du Ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité, qui a rappelé l’opération de délivrance massive d’extrait d’actes de naissance, initiée par le gouvernement.

Différentes communications ont permis aux participants d’appréhender les enjeux et défis de la délivrance des pièces d’état civil, les fondements démocratiques de la participation des femmes ainsi que les aspects pratiques de la stratégie de la CENI en matière d’enrôlement. Les longs moments d’échanges avec les responsables de la CENI et du MATDS se sont voulus utiles, en témoignent les recommandations formulées par les participants. Ils souhaitent entre autres une meilleure implication de la société civile dans les stratégies de sensibilisation de la CENI et l’aménagement du chronogramme d’enrôlement en fonction des occupations des populations rurales.

Le NDI, ONG américaine œuvrant pour le renforcement et le développement de la démocratie à travers le monde est actif au Burkina depuis 2004 et travaille actuellement sur un programme de promotion politique des femmes.

 

Ce que pensent deux participantes de l’atelier

Martine Yabré, Membre du comité de suivi sur la mise en œuvre de la loi sur le quota

Je crois que le NDI nous a donné un cadre approprié pour nous pencher sur une question assez importante et d’intérêt national. Cet atelier nous a permis de recenser les difficultés et les insuffisances en matière d’identification des populations, d’obtention d’un acte d’état civil. Je suis animée d’une satisfaction, dans la mesure où on a pu réunir le MATDS, la CENI ainsi que les représentants des partis politiques et de la société civile autour d’une table pour faire un état des lieux et sortir des propositions concrètes pour favoriser l’inscription des femmes sur les listes électorales.

Rose Marie Compaoré, Responsable aux questions féminines de l’UPC

J’ai apprécié cet atelier parce qu’il y a des questions qu’on se posait et auxquelles on a pu trouver des réponses. Même si ces réponses ne sont pas des solutions définitives au problème de l’enrôlement des femmes. Si je prends l’exemple de l’opération de délivrance massive des extraits d’actes de naissance, le MATDS a pu se rendre compte, grâce à cet atelier, que sur le terrain le travail n’est pas fait dans toutes les zones. Concernant la CENI également, nous avons pu apprécier le calendrier électoral et exposer nos inquiétudes quant au respect de ce calendrier. Mais apparemment, d’après la vice-présidente (Ndlr : Kando Véronique), il n’y a pas de problème. Néanmoins, nous avons pu formuler des recommandations qui, si elles parviennent à qui de droit et sont prises en compte, permettront un enrôlement massif des femmes, qui constituent la grande majorité des électeurs.



Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *