Situation économique du Burkina : Les prix des denrées grèvent

400 0

L’analyse de la conjoncture économique fait remarquer une croissance qui se stabilise et une hausse sans cesse des prix des produits, sous la pression des facteurs internes et internationaux. Le communiqué ci-après en donne les détails sur la situation économique du pays.

Le Comité Interministériel de Suivi de la Conjoncture (CISC) s’est réuni en session ordinaire le mardi 14 mai 2012 à partir de 16 heures, sous la présidence de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre, Président statutaire dudit Comité, en vue d’examiner la conjoncture économique du premier trimestre de l’année 2012.

L’analyse de la conjoncture économique internationale à fin mars indique l’apparition de nouveaux signes de stabilité de l’économie qui s’expliquerait par la baisse des tensions sur les marchés financiers mondiaux. Ainsi, le taux de croissance économique mondiale de l’année 2012 est attendu à 3,5%.

Sur le marché des changes, le cours du dollars US par rapport au Franc CFA s’est stabilisé en février et mars 2012 à un niveau de 496 FCFA le dollars US.

Quant aux matières premières, sur la période, le cours du pétrole maintient sa hausse en se situant à 124,9 dollars US le baril, soit une hausse de 4,4% tandis que ceux de l’or et du coton ont connu des baisses mensuelles respectives de 3,9% et 1%.

Au titre de la conjoncture économique dans l’espace UEMOA, l’analyse révèle des signes de reprise économique en liaison avec la normalisation de la situation politique en Côte d’Ivoire et le dynamisme du secteur minier dans certains Etats membres.

Au titre de la conjoncture économique nationale, la croissance du PIB pour l’année 2011 est ressortie à 4,2% contre 7,9% en 2010. Cette croissance a été principalement tirée par le secteur secondaire dont la valeur ajoutée a progressé de 10,5% en 2011 en liaison avec la bonne tenue du secteur minier. Pour l’année 2012, les projections indiquent un taux de croissance économique de 7% qui serait lié à la bonne tenue de la production et du cours mondial de l’or ainsi que sur une reprise de l’activité agricole.

Quant au niveau des prix, il a poursuivi sa tendance à la hausse au mois de mars 2012 en enregistrant des hausses moyennes trimestrielles de 16% pour le mil, 14% pour le sorgho, 1% pour le maïs et 25% pour le niébé. La tension actuelle sur les prix de ces denrées alimentaires est consécutive à la mauvaise campagne agricole 2011/2012.

Avant de lever sa séance à 18 heures le Comité a donné des orientations et pris des mesures.
Au niveau des prix des produits, le comité a retenu :
1. d’assurer un suivi rapproché des prix et de l’approvisionnement des produits alimentaires sur le marché au regard de la situation préoccupante, à travers des sessions hebdomadaires sous la supervision de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre ;
2. de rendre accessibles et disponibles les denrées alimentaires pour les populations à travers un mécanisme opérationnel et efficace afin d’atténuer le risque de pénuries des produits alimentaires ;
3. de chercher les voies et les moyens pour la production et la mise à disposition conséquente d’aliments à bétail au profit des acteurs du secteur ;
4. d’accélérer la réflexion sur la structure des prix du carburant ;.
5. de relancer les activités du cadre de concertation tripartite sur les prix des produits de grande consommation.

Au niveau du renforcement de l’activité économique, le comité a instruit la mise en œuvre rapide des actions vigoureuses au niveau des secteurs prioritaires comme l’agriculture, l’élevage et les entreprises en difficultés pour relancer l’activité économique. Le comité a convenu de tenir un conseil de cabinet en vue d’examiner les projets prioritaires à retenir et ayant un fort effet sur la croissance et un impact réel sur l’économie et cela dans le cadre de l’opérationnalisation effective des ambitions de la SCADD.

Fait à Ouagadougou, 14 mai 2012

Le Secrétaire Général du Gouvernement
et du Conseil des Ministres,
Rapporteur du Comité Interministériel
de Suivi de la Conjoncture

Baba DIEME

 

Source : service d’information du gouvernement

*La titraille est de la rédaction

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *