Le village touristique d’Oursi : Victime collatérale de la crise malienne

257 0
La mare aux oiseaux migrateurs d'Oursi ne reçoit plus de touristes depuis un moment. Photo:RIJ

Oursi, un village situé dans le Sahel Burkinabè dans la province de l’Oudalan, à quelques kilomètres des frontières du Mali et du Niger, a un potentiel touristique très appréciable. Au cours de la sortie de production organisée par le réseau d’initiative de journalistes (RIJ) en collaboration avec la GIZ, tenue du 18 au 20 mai 2012, nous avons visité cette localité  hautement qui est en perte de vitesse du fait de la crise au Mali.

Autrefois convoités par les touristes de tous horizons, expatriés en général, la mare aux oiseaux migrateurs, le musée Hu-Beeru, les dunes de sable surtout au lever et au coucher du soleil et les campements peuls d’Oursi ne connaissent plus aujourd’hui l’affluence d’antan.

En effet, la crise au Mali voisin qui a occasionné un afflux massif de réfugiés au nord du Burkina est la principale cause de la fuite des touristes. La supposée présence d’Al-Qaeda au Maghreb islamique (AQMI) qui sévit actuellement dans l’Azawad surchauffe les esprits.

La mare internationale aux oiseaux migrateurs ne connait actuellement que la présence du bétail qui vient s’abreuver à ses sources intarissables. Plus d’Européens qui viennent contempler ces oiseaux sur cette étendue d’eau de 18 sur 4 km (22 sur 5 km par moment) en plein désert sablonneux. Les 150 espèces d’oiseaux dont 80 migratrices sont là dans l’espoir de se laisser contempler par des visiteurs d’ici ou d’ailleurs.

La présence massive des forces de sécurité dépêchées par les autorités burkinabè dans la zone n’a pas convaincu plus d’un. Et pourtant «Nous n’avons jamais entendu que quelqu’un a été enlevé par AQMI ici», nous a rassuré le Secrétaire général de la mairie d’Oursi, Hamidou Abdoulaye. Selon lui, la désertion des touristes a commencé en milieu de l’année 2010, et actuellement les quelques rares touristes viennent ”accompagnés de gendarmes, de policiers, de militaires pour leur protection, …, et ce n’est pas facile”.

Un coup dur sur le budget communal

Les campements peuls sont eux, délaissés, inhabités pour les mêmes raisons. Ils ne fonctionnent même plus et présentent un aspect délabré. L’absence de touristes a fait fuir les gérants et gestionnaires des camps. Les dunes de sables, elles, se réveillent sous un froid glacial et, attendent en vain toute la journée leurs contemplateurs. Elles finissent par s’endormir après le couché d’un soleil ardent.

La fuite des touristes d’Oursi, a porté un sérieux coup au budget de la commune même si le tourisme ne constitue que la troisième activité génératrice de revenus après l’élevage et l’agriculture. «Il y a plusieurs raisons. L’insécurité au Sahel, la nébuleuse Al-Qaeda qui sévit au Mali voisin, mais il ya aussi la crise économique en Europe qui a sa part de responsabilité dans la baisse d’arrivée de touristes à Oursi», a ajouté Hamidou Diallo dit Mero, guide du musée Hu-Beeru.

Au musée Hu-Beeru d’Oursi, on sent un délaissement total ; seul le guide s’y trouve pour assurer l’entretien des lieux. En temps normal pourtant, malgré sa position excentrée et son accessibilité pas tout à fait garantie, Hu-Beeru (‘’le grand ensemble’’ en langue indigène)  accueillait grand monde dans ses entrailles. Le musée fonctionne ”à peine et à perte”, selon le guide Mero (avec moins de deux visites par mois ).

«Pour nous c’est le chômage total. Quand tu es habitué à recevoir une trentaine de visiteurs par jour et que tu te retrouves avec un seul par mois ou pas du tout, c’est l’ennui» précise-t-il. Cependant, un important arsenal de forces de sécurité est mis en place par les autorités locales et nationales en vue de parer à toute éventualité et rassurer les éventuels touristes.

Troublé par les séquelles de la guerre islamiste et séparatiste d’un pays voisin, le village d’Oursi  souhaite vite reconquérir le public d’autrefois, retrouver son attraction historique et vendre son image au prix d’antan.

Il y a 1 commentaire

  1. C’est dommage pour ce site plein de merveilles.mais qui ose s’hasarder dans cette zone a risque?n’y ete la crainte de l’insecurite je conseillerait aux aventuriers d’y faire un tour car jai eu l’ocasion de visiter ce site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre