De sérieuses menaces d’attentats terroristes en Afrique de l’Ouest

1105 2
Cartographie régionale de l'activité d'AQMI. Photo: AFD

Les ressortissants occidentaux au Burkina Faso seraient en alerte rouge, sinon écarlate, depuis quelques mois. La raison, la présence de mouvements terroristes au Mali voisin et des menaces de plus en plus évidentes.

Il ressort de certaines indiscrétions que certains consulats occidentaux au Burkina Faso sont en alerte rouge à cause de la présence chez nos voisins maliens de mouvements terroristes tels que Aqmi , Boko Haram, Ansar Eddine, le MNLA,…, mais aussi à cause du climat social quelque peu obscur qui couvre le pays depuis les évènements du premier trimestre 2011. Cette situation est aussi débitrice de la récente découverte de l’armement de guerre des rebelles maliens d’Azawad, véritable fontaine d’inquiétude pour les représentations étrangères mais aussi pour leurs ressortissants. Le consulat français ne lésine pas sur le sujet. Il travaille actuellement à répertorier et localiser (via moyen GPS) tous les Français vivant sur le sol burkinabé.

Les compagnies aériennes quant à eux claquent des dents à chaque fois que leurs avions survolent la partie ouest du continent. Selon plus d’un, certains avions en vol ne suivent plus des itinéraires prédéfinis, craignant que les armes lourdes des terroristes ne les atteignent. Cette frayeur ferait suite à un certain nombre de menaces d’attentats proférées par les réseaux terroristes du Nord-Mali.

Le Burkina face à la menace terroriste

Face à la menace guerrière du MNLA et ses sourds alliés (Aqmi et Cie), le Burkina Faso semble être bien conseillé et assez équipé pour faire face. En fin d’année 2011, le pays s’est doté d’« avions d’attaque au sol ». Plusieurs personnes introduites les qualifiaient d’« appareils à hélice, équipés de deux mitrailleuses de 12,7 mm, capables d’embarquer 1,5 tonnes de charges offensives (bombes, roquettes et missiles) ». La sécurité des frontières semble se préciser malgré les récents évènements à la frontières avec le Mali qui se sont soldés par la mort d’une trentaine de Burkinabé.

Les américains ne dorment pas

Les autorités américaines recommandent plus de prudence aux ressortissants américains de passage ou installés en Afrique de l’ouest, de se rendre dans les restaurants, les marchés ou les boutiques fréquentés par des Occidentaux.

Sara Devlin, l’attachée de presse de l’ambassade des Etats-Unis à Dakar affirmaient il y a de cela quelques mois: «Nous avons des informations selon lesquelles des organisations terroristes en Afrique de l’ouest, affiliées à al-Qaïda, cherchent des occasions pour faire du mal aux citoyens américains.».

Les USA, par le ”Partenariat antiterroriste transsaharien” œuvrent à renforcer les capacités des gouvernements d’Afrique de l’ouest à « combattre la menace terroriste et à endiguer le flux de nouvelles recrues vers les organisations terroristes » en offrant « des alternatives positives à ceux qui seraient les plus réceptifs à leur message ».

Tous ces moyens déployés ou en phase de l’être n’annulent pas la probabilité d’attentats terroristes en Afrique de l’Ouest et au Burkina. Sont entre autres des préalables à un retour à l’apaisement, le règlement effectif de la crise malienne et la réunification du territoire, la pacification totale de la Lybie et une sérieuse remise en question de l’Occident quant à ses interventions politiques et armées en Afrique.



Article similaire

Il y a 2 commentaires

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *