A quelques jours du début du CEP, le ministre veut rassurer sur les conditions de tenue de l’examen

403 0
Echanges entre le ministre et les journalistes au cours du point de presse du jeudi 07 juin 2012.©Burkina 24

Le mardi passé l’examen du BEPC ouvrait la série des examens de fin d’année. Une semaine après, soit du 12 au 14 juin prochain, ce sont les élèves du CM2 qui feront face aux épreuves du Certificat d’Etudes primaires et du concours d’entrée en sixième. Mais après une manifestation d’enseignants la veille, le ministre a voulu rassurer sur la bonne tenue des examens.

Pour cette session de 2012, tout semble prêt du côté du ministère pour assurer l’organisation de l’examen dans des meilleures conditions. C’est du moins ce qu’a affirmé le ministre de l’Éducation nationale, Koumba Boly/Barry, face à la presse ce jeudi soir. Le ministre a fait le point de l’organisation de l’examen dont les derniers résultats, ceux de l’entrée en sixième sont attendus pour fin juillet, et présenté les principales innovations pour cette session 2012. Il s’agit entre autres innovations de l’introduction de critères de notation pour les épreuves de récitation, de chant et de dessin, des épreuves pour lesquelles, jusque-là, l’examinateur notait globalement et selon sa seule appréciation de la prestation du candidat.

En outre la session 2012 du CEP enregistre un total de 326 302 candidats repartis dans 1426 centres d’examen. La région du centre comptabilise le plus grand effectif de 46 337 candidats.

le ministre Koumba Boly/Barry et le SG du MENA. ©Burkina 24

“Le CEP va se passer dans des meilleures conditions”

Parallèlement au nombre croissant des candidats, le budget de la session 2012 monte à 2 260 983 875 F CFA, soit un accroissement d’environ 18% par rapport à la dernière session. Malgré ce budget qui alloue une part importante aux correcteurs, surveillants ou accompagnateurs, une partie de ces acteurs semblait mécontente et exigeait une augmentation des indemnités.

Le point de presse animé par le ministre a été l’occasion de revenir sur l’incident de la veille. En effet, des enseignants avaient manifesté le mercredi devant le ministère pour exiger l’augmentation des indemnités de correction à 200 F CFA par copie. Cet incident qui a suscité des inquiétudes dans le rang des parents d’élèves semble relever du passé et le ministre a voulu rassurer l’opinion publique et les parents d’élèves: “le CEP va se passer dans des meilleures conditions!” a-t-elle affirmé.

Jusque-là, estime le ministre, le ministère a toujours répondu aux requêtes des syndicats qu’elle considère comme des partenaires contribuant pour beaucoup aux résultats de son département. Mais le ministre reconnait qu’à quelques jours de l’examen, il est impossible de prendre en compte cette requête des manifestants qui aurait une incidence financière d’un (1) milliard. Elle en a appelé au sens de la responsabilité de chacun, rappelant l’amélioration dans le traitement des enseignants par rapport à la dernière session.

Justin Yarga

Journaliste web qui teste des outils de Webjournalisme et datajournalisme, Media strategy consultant.

Article similaire

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *