Expulsion d’immigrés clandestins : Africains, restez chez-vous!

Des migrants africains dans un parc de Tel-Aviv. Photo:rfi.fr

Les immigrés clandestins, en particulier ceux africains, sont la cible de textes législatifs autorisant leur expulsion du territoire israélien. Dernièr acte en date,  l’accord d’expulsion du jeudi 7 juin 2012 de 1500 Sud-Soudanais en situation irrégulière.

Des décisions qui sont motivées par la prolifération des groupes terroristes  et la montée en puissance de l’intégrisme et de l’extrémisme comme arme de combat des plus faibles dans  un monde capitalisé et censuré.

L’afflux massif de ces immigrés irréguliers avait déclenché des manifestations racistes dans le pays et a du même coup renforcé la position et la volonté des autorités à vaincre le phénomène par tous les moyens.

Convaincu qu’il est désormais dans le viseur de nombreux ennemis du fait de sa politique colonialiste envers l’autorité palestinienne, Israël emploie tous les moyens à sa propre protection.

Avec la décision de jeudi, le pays a rejeté le recours d’organisations de défense des droits de l’Homme. Le ministre israélien de l’Intérieur Elie Yishaï avait mis fin en janvier dernier ce qui a été appelé la protection ‘’collective’’ accordée aux Soudanais du Sud qui empêchait leur expulsion.

Et, ce n’est qu’une première série de mesures qui permettent l’expulsion des Sud-Soudanais et des Erythréens ; les Africains qui sont toujours victimes de toutes sortes de traitements à l’étranger sauront-ils garder raison ? Car le monde est devenu xénophobe. ‘’Que chacun serve chez lui s’il n’est désiré ailleurs’’.

Le Premier ministre israélien,  Benjamin Netanyahu, très pointu sur la question des étrangers, lui, compte beaucoup sur la clôture sud de 250 km qui est en train d’être érigée à la frontière avec l’Egypte pour freiner ou même empêcher l’immigration clandestine des Africains en Israël.

Les infiltrés seront enfermés

La plupart des 60 000 immigrés clandestins en majorité des Soudanais et Erythréens sont entrés en Israël par le Sinaï égyptien. Pour lui, il faut en sus sanctionner les Israéliens qui emploient les clandestins à titre de dissuasion à leur protection. Quelque 220 000 travailleurs étrangers sont installés en Israël, dont plus de 100 000 employés illégalement.

La tension actuelle en Israël est vive avec les ‘’infiltrés africains’’ dans un contexte de considérations racistes accrues qui a favorisé la prise de mesures à l’encontre de ces immigrés clandestins vus comme de potentiels terroristes par les Israéliens.

Les autorités entendent d’ailleurs aller plus loin. Elles ont annoncé leur intention d’enfermer les éventuels infiltrés qui viendraient à franchir clandestinement la frontière, dans les centres de retention, à défaut de les expulser.

Les expulsions ne sont pas nouvelles en Israël ; on se rappelle,  en août 2010,  le gouvernement avait voté en faveur de l’expulsion de 400 enfants de parents immigrés illégaux. Selon le Premier ministre Netanyahu, il s’agissait d’éviter les ‘’Bébés visas’’ (l’octroi de permis de séjour aux enfants d’immigrés nés en Israël).

Après la prise de cette nouvelle mesure, le Premier ministre a demandé au gouvernement d’accélérer l’expulsion des migrants qui peuvent l’être. Ce sont outre les Soudanais et les Erythréens, les sans-papiers ivoiriens, Ghanéens, Sud-Soudanais et Ethiopiens ; ce qui sera vite réalité au regard de l’adversité dont font face les clandestins africains dans le pays.

 



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page