Le Maroc pour sauver le secteur burkinabé de l’énergie

164 2
Le ministre burkinabé de l'Energie, des carrières et des mines (au centre). à sa gauche son homologue marocain. Ph.B24

La 4eédition du forum Maroc Afrique Elec a eu lieu du 07 au 09 Juin au Burkina Faso. Une grande occasion pour les secteurs électriques burkinabé et marocain de raffermir leurs relations et de s’ouvrir à d’autres horizons d’affaire.

Cette quatrième session a été organisée par Maroc Export et la fédération nationale marocaine de l’électricité, de l’électronique et des énergies renouvelables.  Elle a connu la participation de 40 entreprises marocaines du secteur de l’électricité. Ces dernières ont profité de l’occasion pour promouvoir leurs produits et savoir-faire et surtout, nouer des relations économiques et commerciales avec des partenaires au Burkina Faso.

La délégation marocaine a été conduite par le ministre du commerce chérifien. Ce dernier a tenu à préciser lors de la cérémonie d’ouverture de la 4e édition du forum que les entreprises marocaines sont venues au Burkina pour faire du Business et nouer des partenariats gagnant-gagnants avec des burkinabé évoluant dans les mêmes domaines. Pour cela,  a-t-il poursuivi, elles comptent sur un bon climat des affaires au Burkina Faso et un professionnalisme des entreprises burkinabé.

Il faut noter que le Burkina Faso entretient déjà de bonnes relations commerciales avec le pays de Mohamed VI. En 2009 déjà, les échanges commerciaux entre le Maroc et le pays ont dépassé les 200 millions de Dh. Le Burkina importe de ce pays Nord-africain des vêtements, des conserves de poissons, des tôles, … tandis que le Maroc importe en grande partie le coton burkinabé.

Ces très bonnes relations ont été saluées par le ministre Salifou Kaboré du ministère de l’énergie, des carrières et des mines. Pour lui, le Burkina aujourd’hui besoin de l’expertise marocaine dans le secteur de l’énergie électrique et des énergies renouvelables.  Comme pour corroborer ce besoin exprimé, deux coupures d’électricité, rapidement résorbées, ont cadencé la cérémonie d’ouverture dans la salle Waongo II de l’hôtel Laïco.

La cérémonie s’est aussi soldée par la signature d’une convention de partenariat entre la fédération marocaine  de l’électricité, de l’électronique et des énergies renouvelables (FENELEC) et le syndicat des entreprises d’électricité du Burkina Faso (SEEA-B). Un partenariat qui pourrait à terme permettre une meilleure maîtrise des besoins énergétiques du Burkina,  nous faisant l’économie des coupures intempestives et induisant une baisse tangible du coût du KWh au Burkina Faso.

Il y a 2 commentaires

  1. mes f?licitations aux autorit?s en charge de l??lectricit? pour leur abn?gation ? fournir l??lectricit? en quantit? et qualit?. Cependant l’accent sur les ?nergies renouvelables doivent ?tre renforc?s.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Article du même genre